Regions Namur

Namur : des médecins du CHRSM réimplantent l’avant-bras d’un jeune amputé suite à un grave accident

L'équipe médicale du centre SOS-Mains du CHRSM a réussi à sauver le bras d'un patient amputé par une machine agricole
07 juil. 2022 à 14:31Temps de lecture1 min
Par Gregory Fobe

Il aura fallu 8 heures à une équipe médicale du CHRSM site Meuse pour réussir à réimplanter l’avant-bras d’un jeune amputé par une machine agricole. L’opération a été réalisée au sein du centre SOS-Mains par les docteurs Bertrand Bombaerts et Lindsay Morana accompagnés de deux assistants.

L’intervention était particulièrement complexe et devait être réalisée dans un délai très court après l’accident. " Le temps était compté ", précise le docteur Bombaerts. L’équipe n’avait que 6 heures pour le réimplanter à partir du moment où le bras a été amputé. Chaque minute comptait et représentait un risque accru de développer un syndrome de reperfusion : il peut y avoir un blocage au niveau des reins dû à la libération de toxines, ce qui peut mener au décès du patient. Plusieurs sutures des artères, des veines et des nerfs ont dû être réalisées au microscope. "

Après l’opération, débute une longue période de rééducation. " Si le patient ne pourra pas récupérer complètement en termes de fonction et de sensibilité, nous espérons qu’il pourra récupérer une préhension globale et une fonction utile " explique le docteur Morana. "Cette évaluation fonctionnelle définitive pourra se faire au bout d’1 an. Le patient devra attendre 9 mois pour récupérer un certain pourcentage de sensibilité."

Grâce à une meilleure sécurisation des machines industrielles, les amputations de bras ou d’avant-bras sont heureusement de plus en plus rares. En revanche, les réimplantations de doigts sont beaucoup plus fréquentes au SOS-Mains. Ce centre unique en Wallonie accueille régulièrement des patients transférés depuis d’autres hôpitaux.

Articles recommandés pour vous