Roland Garros - Tennis

Nadia Podoroska, de parfaite inconnue à sensation argentine à Paris

Nadia Podoroska

© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT - AFP

06 oct. 2020 à 15:51 - mise à jour 06 oct. 2020 à 15:54Temps de lecture1 min
Par Giovanni Zidda

Nadia Podoroska a réussi un exploit unique ce mardi en venant à bout de la 5e joueuse mondiale Elina Svitolina. Une énorme surprise la 131e mondiale. Protagoniste inattendue de ces internationaux de France, elle est devenue la première joueuse issue des qualifications à accéder aux demi-finales de Roland-Garros. Une performance inédite au niveau féminin qui rappelle seulement celle de notre Filip Dewulf qui avait également atteint le dernier carré après être parti des qualifications à Paris en 1997.

Comme son nom de l’indique pas, Podoroska est née à Rosario en Argentine. Surnommée "la Russe" malgré ses origines ukrainiennes, elle n’avait jamais fait parler d’elle auparavant. Il ne s’agit d’ailleurs que de sa deuxième participation à un tournoi du Grand Chelem avec comme seul précédant une rencontre du premier tour de l’US Open en 2016.

Malgré ses 23 ans, Podoroska doit encore s’habituer au plus haut niveau du tennis mondial. Plutôt engagée sur des tournois mineurs, elle ne compte pour le moment que des titres ITF (14) à son palmarès.

Le secret de son ascension fulgurante (NDLR: de la 304e à la 131e place en deux ans) ? "Le mental", assure-t-elle. "J’ai commencé à travailler un entraîneur mental, qui travaille beaucoup du côté du bouddhisme zen", déclarait-elle après sa qualification pour les quarts de finale.

Première Argentine à atteindre les demies à Paris depuis Paola Suarez en 2004, Podoroska est lancée dans une excellente dynamique avec une série de 13 victoires consécutives qui a commencé par le tournoi ITF de Saint-Malo (60.000$), dernier des trois tournois qu'elle a remportés cette saison.

Professionnelle depuis 2011, l’Argentine pourrait entrer encore plus dans l’histoire en atteignant la finale. Ses deux potentielles adversaires, Iga Swiatek (WTA 50) et Martina Trevisan (WTA 159), ne semblent en tout cas pas insurmontables. Tous les rêves sont donc permis pour l'Argentine qui fera dans le pire des cas une entrée fracassante dans le top 100 mondial au terme du tournoi.

Articles recommandés pour vous