RTBFPasser au contenu

Football

Nadia Nadim, la réfugiée afghane devenue joueuse de foot professionnelle, est désormais aussi médecin

Nadia Nadim, la réfugiée afghane devenue joueuse de foot professionnelle, est désormais aussi médecin
19 janv. 2022 à 13:52 - mise à jour 19 janv. 2022 à 14:193 min
Par Alice Devilez

Elle est née en Afghanistan en janvier 1988. Sa famille a fui le pays après l’assassinat de son papa par les Talibans alors qu’elle était âgée de 11 ans. Elle a alors découvert le football dans un camp de réfugiés au Danemark. Un pays dont elle est à présent une citoyenne et une joueuse incontournable de l’équipe nationale. Nadia Nadim, est désormais également médecin. Retour sur un parcours semé d’embûches mais ô combien inspirant !

De la guerre, au Danemark

Née en Afghanistan alors que la guerre est "sous contrôle", Nadia voit sa vie bouleversée par l’arrivée des talibans au pouvoir. Elle a alors huit ans. Son père est général dans l’armée afghane. Il sera assassiné par les talibans trois ans plus tard.

À ce moment-là, la maman de Nadia décide de s’enfuir avec ses cinq enfants. Toutes des filles, avec un avenir bien sombre dans leur pays d’origine. Elle rêve d’atteindre l’Angleterre pour offrir un futur à ses enfants. Elles se lancent donc dans un périple périlleux, en passant par l’Afghanistan et l’Italie, notamment transportées à l’arrière d’un camion. Elles atteignent finalement le Danemark. Tout cela avec des faux passeports et dans la plus grande discrétion.

Si ce n’était pas sa destination initiale, la famille va poser ses légers bagages dans le pays et va commencer à se reconstruire.

Véritable source d’inspiration pour de nombreuses personnes à travers le monde, elle rappelait encore dernièrement, au sujet des réfugiés, que "personne ne quitterait de son plein gré sa maison, ses amis, ses proches, pour se rendre quelque part où il risquerait de ne pas être accepté."

La découverte du football dans un camp

AFP or licensors

La famille est placée dans un camp de réfugiés au Danemark. Le camp d’Aalborg. Juste à côté, derrière les barrières, un très beau terrain de foot et des filles qui tapent dans la balle. Nadia croit halluciner, elle n’avait jamais vu pareille scène auparavant et elle a des étoiles plein les yeux. Après quelques mois elle finit par demander à jouer et de fil en aiguille elle se met au football. D’abord sur le terrain bosselé du camp, ensuite sur des terrains plus performants : "Il y avait dans ce camp des enfants de notre âge, et après l’école, soit on jouait à cache-cache, soit on jouait au foot sur une pelouse très bosselée, où il y avait deux buts complètement déglingués. Et j’adorais ça ! J’ai passé des heures et des heures à essayer de dribbler les garçons" se rappelle Nadia Nadim dans une lettre ouverte publiée sur The Players' Tribune.

Elle deviendra professionnelle au Danemark, avant d’évoluer également aux Etats-Unis, à Manchester City mais aussi au PSG. Tout cela paralellement à une très belle carrière internationale avec son pays d’adoption (98 matches et 38 buts), où elle est d’ailleurs devenue la première joueuse internationale d’origine étrangère.

Actuellement, elle évolue pour le club de Louisville.

Docteur Nadim : "Maman je l’ai fait !"

Loading...

Il y a quelques jours, Nadia Nadim est devenue Docteur Nadia Nadim. Simultanément à sa carrière de footballeuse, la joueuse de 33 ans a étudié la médecine. Elle vient d’être diplômée et souhaite désormais réaliser une spécialisation afin de devenir chirurgienne, et plus particulièrement encore travailler dans la chirurgie réparatrice. Une performance incroyable, pour un parcours inspirant. Celui-ci a d’ailleurs été conté dans un documentaire en 2020 "Nadia, de l’ombre à la lumière" avant que la jeune-femme ne publie son auto-biographie l’année d’après.

Cette histoire résonne tout particulièrement, quelques mois après la nouvelle prise de pouvoir des talibans en Afghanistan. Là où les droits de l’homme sont de nouveau en danger, et les droits des femmes presque inexistants.

De très nombreuses "Nadia" vivent encore dans le pays, et n’obtiendront pas la deuxième chance que la joueuse estime avoir reçu. Mais Nadia Nadim tente de s’impliquer autant que possible dans ce genre de mission pour mettre son expérience au service des autres, notamment en lien avec l’Unesco. Et chacun(e) des enfants qui sera extirpé de son avenir rude constituera forcément une nouvelle victoire.

Articles recommandés pour vous