RTBFPasser au contenu

Musée des Beaux-Arts de Bruxelles: il pleut toujours bergère

Musées royaux: de l'eau et des seaux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

17 nov. 2016 à 12:16 - mise à jour 17 nov. 2016 à 12:161 min
Par Alain Dremiere

75 litres, c'est la contenance des seaux qui ornent les sols du musée des Beaux-Arts de Bruxelles. Ils cohabitent en harmonie discutable avec des toiles de Grands Maîtres. Une situation qui n'est pas neuve pour les Rembrandt, les Brueghel et leurs visiteurs. "Il pleut toujours bergère !" voilà, en substance, ce que pourrait annoncer les responsables du Musée des Beaux-Arts de Bruxelles à la Secrétaire d'Etat en charge du dossier au fédéral, Elke Sleurs (N-VA).

Irréparable outrage du temps ?

Plusieurs oeuvres sont retirées, tout risque est écarté. Mais les gouttes continuent à tomber et à infiltrer les plafonds. La météo n'a donc pas, à ce stade, causé de dommages irréparables aux œuvres. "Surréalisme !" me direz-vous ? Non. Il ne s'agit pas ici de culture mais de Travaux publics.

Le fédéral en cause

Dans un document disponible en ligne, le Premier ministre Charles Michel dresse un bulletin de son attelage fédéral. Le document date du 23 juillet dernier. Il est intitulé "Séminaire du Gouvernement fédéral : résultats et perspectives". Dans le bilan de la Secrétaire d'Etat Elke Sleurs, à l'onglet "déjà réalisés", on peut y lire ceci: "Fini les fuites de toitures". Un bulletin en contradiction manifeste avec les images prises ce matin par nos équipes.

Elke Sleurs n'a pas répondu à nos questions, mais son cabinet nous précise que des appels d'offres sont en cours et que certains travaux sont déjà terminés. Après vérification, il s'agit de rénovations décidées sous l'ancienne législature.

La direction des Musées Royaux se dit démunie : elle ne s'occupe que du contenu, des oeuvres et des expositions. Elle dépend entièrement du fédéral pour le rénovation des bâtiments. Et le temps presse. Dans le bulletin de la Suédoise, rédigé par la Suédoise, on peut y lire que 145,14 millions sont débloqués pour des "travaux de réparation à grande échelle". Les études de devis ne sont pas encore lancées.

Une partie du budget semble coincée quelque part entre le cabinet de la Secrétaire d'Etat N-VA et le musée. Tombera-t-il du ciel ? A ce stade, du ciel les visiteurs devront se contenter des gouttes d'eau.

Articles recommandés pour vous