RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du Rock

Muse : pour Matt Bellamy, la "fin est proche"

13 juin 2022 à 09:31Temps de lecture3 min
Par Classic 21

Matt Bellamy a donné une longue interview au NME dans laquelle il révèle des nouvelles informations sur le prochain album de Muse mais évoque également sa vie et ses opinions sur l’état du monde.

Un nouveau monde est-il à nos portes ? Pour Matt Bellamy de Muse, les choses sont sur le point de changer de manière très significative. Alors que certaines de ses idées imprègnent le prochain album du groupe, Will of the People, Matt Bellamy s'est confié davantage à ce sujet dans un long entretien avec le site britannique du NME, évoquant la "fin d'un certain cycle de civilisation" alors que pour lui, nous sommes actuellement dans une période de "grande transition".

"La fin approche," déclare le musicien, avant de réfléchir. "La fin de quoi, cependant? Ce n'est pas la fin des humains. Ce n'est certainement pas la fin du monde. Ce n'est certainement pas la fin de l'évolution. En réalité, si on réfléchit, ce n'est même pas la fin de l'humanité, n'est-ce pas ? Mais c'est la fin de quelque chose. C'est la fin d'un certain cycle de civilisation."

Il précise : " Si vous observez l'histoire, ce ne sont que des cycles qui vont et viennent… Ces cycles peuvent durer quelques centaines d'années ou quelques décennies. Actuellement on arrive à un point critique où il va y avoir une perturbation. Tout le monde fait tout ce qu'il peut pour prétendre que cela n'arrivera pas ou pour essayer de maintenir le statu quo mais plus les gens s'accrochent à cela, pire ce sera quand cela arrivera. Si nous pouvions faire en sorte que cette transition se passe de manière un peu plus échelonnée, cela pourrait se produire un peu moins violemment. Mais ça va être un gros, gros changement. On parle d'un effondrement économique, d'un changement et d'une réinvention, d'une transition énergétique totale. C'est vraiment de cela qu'il s'agit ici : une transition perturbatrice."

Mais pour Matt Bellamy, ce changement a la capacité de créer une nouvelle base politique, même si cela ne sera pas simple. "Il y a une ouverture pour un nouveau type de modèle politique ou de structure socio-économique qui pourrait être vraiment bien. Un changement positif est possible, mais le problème, c'est que vous avez ces leaders autoritaristes qui se rendent compte qu'ils peuvent tirer parti de la perturbation " explique le chanteur.

Il souligne que la présidence Trump a divisé les gens plutôt que de les unifier, et note que Poutine profite du chaos ambiant pour tenter de récupérer les anciens États soviétiques. Mais de ce bouleversement, il s'attend à ce qu'une révolution ait lieu, une révolution qui n'a peut-être même pas encore été définie.

" Je pense que tout le monde sait que nous voulons une révolution, mais nous ne voulons certainement pas d'une bande de fous autoritaires de droite. C'est la dernière chose que nous voulons", dit le chanteur. "Et nous ne voulons pas non plus d'une situation communiste totale dans le sens de l'extrême gauche. Je pense que ce que nous voulons, c'est quelque chose de complètement nouveau. Je ne pense pas que cela existe pour le moment, mais je pense qu'il y a un nouveau type de politique qui pourrait émerger. Je l'appellerais le méta-centrisme. C'est un mélange entre des valeurs libérales, libertaires pour les individus - votre vie sociale, la capacité d'être qui vous voulez quel que soit votre sexe ou orientation, ce genre de choses - mais aussi plus social sur des questions de propriété foncière, la nature et l'énergie. C'est une oscillation entre les deux pôles."

Il poursuit: "Je pense qu'il est possible d'arriver à cela, mais il n'y a pas de langage (actuellement) qui permette aux gens de penser de cette façon. Soit vous êtes à l'extrême gauche, soit vous êtes à l'extrême droite… Je ne suis (en accord) avec aucun d'entre eux. J'ai l'impression qu'il y a une troisième voie. Il n'y a pas encore de parti existant qui décrit ce que je recherche... Je suis fondamentalement anti-autoritaire - c'est juste ma nature. Je suis né ainsi."

Certains de ces idéaux sont abordés dans le dernier single de Muse, " Compliance ", Matt Bellamy déclarant à ce sujet : "Les deux pôles (de la politique) se sont tellement éloignés l'un de l'autre maintenant que chacun propose ses propres bizarreries : 'vous ne pouvez pas dire ceci, vous ne pouvez pas faire cela' et après un certain temps, cela devient épuisant pour les gens."

Il conclut en disant "Toutes ces disputes sur Twitter pour savoir qui a dit quoi et comment ils l'ont dit, je suis certain que dans 50 ans, les gens reviendront sur cette période de l'histoire en se demandant : 'Mais de quoi diable parlaient-ils ? Comment se fait-il qu'ils n'aient pas pu voir le bus qui était sur le point de les percuter ?"

L'interview complète est à lire ici.

Muse continue de dévoiler petit à petit des extraits du nouvel album : la semaine dernière, le groupe a joué le nouveau titre "Kill Or Be Killed" lors du festival allemand Rock am Ring et a aussi révélé la plage titulaire du prochain album Will of the People au début de ce mois. 

Will Of The People, ce neuvième album de Muse est attendu pour le 26 août via Warner Records, et nous avons déjà également pu découvrir les titres " Won’t stand down " et " Compliance ".

Sur le même sujet

Muse va sortir son prochain album en NFT

Journal du Rock

Muse partage le clip de "Kill or be Killed"

Journal du Rock

Articles recommandés pour vous