RTBFPasser au contenu

Regions Hainaut

Château de Moulbaix: c'est la famille Govaert qui emporte la mise pour 3 725 000€

C'est la famille Govaert de Gand qui a remporté le château de Moulbaix pour la somme de 3 725 000€
27 janv. 2016 à 07:34 - mise à jour 27 janv. 2016 à 13:432 min
Par Charlotte Legrand, Vincent Clérin & Manu Delporte

Beaucoup de suspense autour de cette vente aux enchères. Quelque 150 personnes s'étaient déplacées pour l'occasion. Les enchères se sont véritablement envolées, plusieurs sociétés flamandes se "disputant" le "gros lot" : le fameux château.

C'est donc la famille Govaert qui décroche "la timbale". Les Govaert sont originaires de Gand, "pépiniéristes depuis 4 générations", également actifs dans les aménagements routiers et l'entretien des bâtiments.  Ces riches investisseurs sont également propriétaires d'(au moins) un château en France dans le Bordelais. Cette même famille Govaert avait déjà remporté la première vente, au mois de décembre. Le château avait alors été adjugé (provisoirement) pour un montant de 1 400 000€.

Parmi la foule de candidats acheteurs (ou de curieux...), beaucoup s'interrogeaient sur le rôle qu'allait tenir Eric Domb, le patron de Pairi Daiza. Allait-il lui aussi enchérir? Hé non! A aucun moment, il n'a levé la main. "Je suis venu soutenir d'autres candidats acheteurs, qui ont un meilleur projet que le mien", nous a-t-il expliqué. Ces investisseurs avaient d'ailleurs déjà présenté leur projet à la ville d'Ath. "Un projet magnifique", selon Marc Duvivier, le bourgmestre. "Il s'agissait de faire du domaine un centre thermal avec un hôtel de luxe, d'aménager les dépendances, les écuries, etc!". Cette société très intéressée par Moulbaix est déjà propriétaire des thermes de Boetvoorde et Grimbergen. Mais elle est cette fois rentrée bredouille. Faut-il pour autant faire une croix sur le projet de thermes à Moulbaix? Certains imaginent déjà une association entre les Govaert (toujours à la recherche d'un projet...) et la société spécialisée dans les cures thermales...

Outre le château, un autre lot a déclenché les passions : le Moulin de la Marquise. Adjugé à la ville d'Ath pour 3 000 euros, lors de la séance précédente, il avait fait l'objet d'une surenchère. Ce mercredi, de nouveaux amateurs sont "sortis du bois". La famille d'Ursel a tenté de conserver ce bien très particulier, de même qu'une autre société, la ville d'Ath et le meunier. La ville d'Ath a finalement remporté les enchères pour 65 000€ (le moulin) et 86000 (les prairies qui y donnent accès). A l'issue de la séance, le meunier n'a pu retenir ses larmes. "Mon père et mon grand-père faisaient déjà ce métier, ils ont lancé l'activité en 1941" nous a-t-il expliqué. "Désormais, j'ai l'assurance de pouvoir continuer, avec mes enfants, pour de nombreuses années". A noter que la ville d'Ath avait déjà un droit d'emphytéose sur le moulin, mais "seulement" jusqu'en 2053. Elle est désormais propriétaire du bien à 100%.

Le meunier pouvait difficilement cacher son émotion.
Eric Domb, le patron de Pairi Daiza, se trouve dans la salle parmi les enchérisseurs

Les différents chapitres

Le château construit au 19ème siècle, de style Tudor, occupe une énorme propriété de 62 hectares, à Moulbaix dans l'entité d'Ath. Il est protégé par des grilles mais les tours et tourelles qu'on distingue derrière les arbres du parc laissent deviner la majesté de l'endroit. Il appartient aux cinq enfants du Comte Aymard d'Ursel et est à l'abandon depuis de décès de leur mère, la comtesse. Il a donc été mis en vente publique.

Lors de la première vente en décembre, le château était parti pour un million quatre à la famille Govaert, originaire de Gand.
Le moulin était adjugé pour 3000 euros à la ville d'Ath. Et le prix des terres agricoles avait littéralement flambé, atteignant jusqu'à 50.000 euros l'hectare. "Des prix de fous", dénonçaient alors les agriculteurs nombreux dans la salle pour tenter de se partager les terres.

Articles recommandés pour vous