RTBFPasser au contenu

Mostra Jour 3 Lean on Pete d'Andrew Haigh et Human Flow d'Ai Weiwei

Lean on Pete, avec Charlie Plummer
01 sept. 2017 à 16:071 min
Par Hugues Dayez

Si l’évènement du jour est la présence conjointe de Robert Redford et de Jane Fonda au Lido, il y a aussi deux films en compétition à la Mostra de Venise : "Lean on Pete" d’Andrew Haigh et "Human Flow" d’Ai Wei Wei.

Lean on Pete

Andrew Haigh à la Mostra
Andrew Haigh à la Mostra TIZIANA FABI - AFP

Il y a deux ans, le jeune cinéaste britannique Andrew Haigh avait fait sensation avec son film "Forty-Five Years", un drame qui montrait l’effondrement d’un couple et qui avait valu à Charlotte Rampling une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice. Aujourd’hui,  Haigh revient dans la compétition à la Mostra avec un film totalement différent, tourné aux USA: "Lean on Pete". Le film raconte comment Charley, un adolescent laissé-pour-compte va s’enticher d’un vieux cheval de course dont plus personne ne veut… Sur le papier, le thème de "Lean on Pete" n’inspire guère confiance, le thème de l’amitié entre un garçon et un canasson semble usé jusqu’à la corde.

Mais le cinéaste anglais parvient à surprendre, car le monde des chevaux de course et des paris n’est en réalité qu’une toile de fond pour tracer le portrait de Charley, de son jusqu’au-boutisme pour tenter de retrouver un équilibre familial. "Lean on Pete", dénué de tout sentimentalisme, révèle surtout un jeune acteur bouleversant, Charlie Plummer, qui va sans doute enflammer la critique dans les jours qui viennent.

Human Flow

Ai Weiwei présente "Human Flow" à la 74e Mostra de Venise
Ai Weiwei présente "Human Flow" à la 74e Mostra de Venise TIZIANA FABI - AFP

L’autre film de la compétition est un documentaire, il est signé par le célèbre artiste-plasticien chinois Ai Wei Wei. Son film s’intitule "Human Flow" ; il s’agit d’une grande fresque sur les migrants. L’artiste a promené sa caméra aux quatre coins de la planète, de l’Afghanistan à Calais, en passant par la Grèce et l’Italie. Le premier problème du film, c’est que ce survol en accéléré de situations dramatiques est terriblement superficiel. Et le deuxième souci, plus embarrassant encore, c’est qu’Ai Wei Wei se filme et se met en scène comme s’il était en empathie avec toute la misère du monde. Cette démarche soit très naïve soit très nombriliste n’a suscité que quelques applaudissements polis à la vision de presse du film hier soir… Mais attention : parfois, le jury ne suit guère le verdict de la critique.

 

Human Flow di Ai Weiwei | TRAILER

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous