Littérature

Mort de l’écrivain Christian Bobin : "Lisons Bobin, il nous soigne de la tristesse et du scepticisme"

© AFP

25 nov. 2022 à 15:03 - mise à jour 26 nov. 2022 à 08:58Temps de lecture2 min
Par Anthony Roberfroid

L’écrivain Christian Bobin, qui avait notamment connu un succès de librairie avec "Le Très Bas", est décédé à l’âge de 71 ans, a annoncé vendredi la maison d’édition Gallimard.

Il est décédé "le 23 novembre, des suites d’une grave maladie", a indiqué dans un communiqué son éditeur Antoine Gallimard. "Lisons Bobin, il nous soigne de la tristesse et du scepticisme, il nous invite à une quête de la joie avec ses mots d’emprunts d’une grande sensibilité […] Son sourire, sa joie, son humanité vont nous manquer", a-t-il écrit.

Loading...

L’auteur, qui ne se souciait guère de sa réputation, publiait avec régularité des textes courts en prose. Certains ont dépassé 100.000 exemplaires, comme "Le Très-Bas", sur saint François d’Assise, en 1992. D’autres sont restés confidentiels.

Il venait de publier un roman aux éditions Gallimard, "Le Muguet rouge", et une anthologie d'"œuvres choisies" "Les Différentes Régions du ciel".

Frédéric Beigbeder, journaliste et critique, avait lancé en 1995 : "Bobin est, de loin, l’écrivain le plus célèbre du Creusot", sa ville natale, à laquelle il était resté attaché. "Je suis né dans un berceau d’acier", confiait à l’AFP cet automne ce fils d’un professeur en dessin industriel, alors que Le Creusot avait abrité les usines sidérurgiques Schneider au XIXe siècle.

L’écrivain du Creusot qui parlait à tous

Mais, chez lui, pas de roman de l’industrie, de réalisme social, de lutte des classes, au contraire : un art pointilliste, tourné vers la nature et le ciel.

"J’ai préféré aller vers ce qui semble ignorer le passage du temps : les fleurs, l’amour dans sa première timidité, l’attente, la beauté d’un visage, le silence, la longue durée… Toutes ces choses que la vie moderne petit à petit commençait à nous enlever, à nous voler", concluait-il.

"Être de poésie, solitaire généreux, Christian Bobin nous a offert pendant près de cinquante ans une exploration de thèmes que nous avons tous en partage : le deuil, la sensibilité à la nature, le passage du temps, l’intimité et, toujours, le besoin de recueillement", a salué vendredi dans un communiqué la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak.

"Si sa disparition laisse un vide immense, ses livres continueront à nous offrir les plus belles et les plus profondes respirations, celles qui donnent la force de vivre", a-t-elle également déclaré.
 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous