Regions Hainaut

Mort d'une SDF en rue à Tournai : "C'est la précarité qui tue"

Mort d'une SDF en rue à Tournai : "C'est la précarité qui tue"

© Belga

01 déc. 2020 à 19:38 - mise à jour 01 déc. 2020 à 19:38Temps de lecture1 min
Par Denis Vanderbrugge

La nouvelle a provoqué l’émoi à Tournai. La semaine dernière, une jeune femme sans domicile fixe a trouvé la mort en rue. Une mort par hypothermie alors que les températures commencent seulement à baisser en ce début d’hiver.

Au Braséro, la structure de jour qui accueillait la jeune femme, ce décès attriste. D’autant plus que cette personne était accompagnée pour tenter de sortir la tête hors de l’eau. "C’est bien la rue et la précarité qui tuent car c’est une survie de chaque instant. Pour nous, travailleurs de première ligne, c’est d’une évidence insoutenable ", dénonce aujourd’hui la structure.

Le coronavirus met des gens dans la rue

La crise sanitaire actuelle n’arrange pas vraiment les choses : "On se rend compte que la précarité est là, et ça fait longtemps que nous le remarquons à Tournai, indique Stéphanie Lecat, assistante sociale et coordinatrice de l’accueil de jour Braséro. Mais je pense qu’il y a des gens qui seront encore plus précarisés. Lors du confinement, on a vu des personnes qui se retrouvaient pour la première fois en rue. D’autres qui s’en sortaient jusqu’à présent n’arrivent plus à joindre les deux bouts."

"Ça demande plus d’énergie que d’habitude"

L’accueil de jour Braséro constate aussi que les confinements successifs ont affaibli les sans-abri. "Ils ont eu du mal à se mettre à l’abri, à faire la manche et à s’appuyer sur les petites solutions qu’ils trouvaient avant."

Autre constat : la crise sanitaire et la généralisation du télétravail compliquent la tâche. "Les personnes précarisées doivent téléphoner ou aller sur internet pour se mettre en ordre. Et elles viennent chez nous pour régler leur situation. Ça demande plus d’énergie que d’habitude."

De l’énergie rassemblée avec les moyens du bord. La structure Braséro dépend de subsides incertains pour continuer son travail.

Articles recommandés pour vous