RTBFPasser au contenu

Sur un air de cinéma

Montand, tout simplement : centenaire du grand Yves

Yves Montand et Marilyn Monroe, dans "Let’s make love"
29 nov. 2021 à 08:091 min
Par Pascale Vanlerberghe

Le 13 octobre dernier, nous célébrions le centenaire de la naissance d’Yves Montand. Et ce 9 novembre dernier, nous commémorions également les trente ans de sa disparition. Dans son émission Sur un air de cinéma, Pascale Vanlerberghe vous propose un tour d’horizon des bandes originales des réalisateurs fétiches du chanteur et acteur français.

Par son parcours et sa personnalité, Yves Montand incarne une image de la France assez actuelle.

Immigré italien, arrivé à Marseille au début des années 1920, Montand – alias Yvo Livi – partira de rien pour devenir une personnalité majeure du XXe siècle.

Artiste de music-hall complet, révélé au public par la chanson, Montand va assouvir ses rêves d’enfant en devenant l’un des acteurs les plus populaires du cinéma français et une star mondiale de la chanson.

Capable de passer avec aisance de L’Aveu à La Folie des Grandeurs, du Cercle rouge à César et Rosalie ; au faîte de sa gloire sur un grand écran, Montand n’abandonnera pas pour autant la chanson et restera l’un des rares interprètes à se produire dans des salles combles, que ce soit en France ou au Brésil, au Japon ou aux États-Unis. Au cinéma ou à travers les textes de ses chansons, il n’aura de cesse de passer d’un registre à un autre, avec toujours la même passion.

Un destin hors du commun pour une personnalité hors norme. Sa réussite est le fruit d’un labeur méticuleux et l’exploitation de ses propres inquiétudes : bien faire et faire que l’autre soit bien.

Mais, Yves Montand ne peut rester silencieux et impassible face aux changements qui s’opèrent dans le monde. Il ne cessera de s’interroger et d’interroger afin de savoir ce qui est le mieux.

Pascale Vanlerberghe lui consacre son émission, un hommage à travers ses films et les belles BOF de Delerue, Sarde, ou Theodorakis.

Yves Montand qui a choisi ce nom de scène en l’honneur de sa maman qui, lorsqu’il était jeune et jouait dans les rues de Marseille, l’appelait depuis la fenêtre de leur appartement en lui disait : "Ivo mont [ɑ̃]", le "e" du verbe devenant "an" avec l’accent marseillais-italien de sa maman.

 

Sur un air de cinéma

Hommage à Yves Montand, le chéri de ses dames.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous