RTBFPasser au contenu

Regions Hainaut

Mons : privé de Doudou, Saint-Georges traque les fuites d'eau pour la SWDE

Quand il n'est pas Saint-Georges, Olivier Tournay traque les fuites d'eau pour le compte de la SWDE.
26 mai 2021 à 09:011 min
Par Pierre Wuidart avec Denis Vanderbrugge

Donnez-lui un casque, une lance et un cheval… et il devient Saint-Georges le temps d’un combat. Mais en dehors de la ducasse de Mons, Olivier Tournay ne chasse pas les dragons : il traque les fuites d’eau.

Il sillonne la région de Mons et du Borinage dans sa camionnette de la SWDE. Et aujourd’hui, à l’aide capteurs et d’un casque, il écoute ce qui se passe en sous-sol dans une rue de Jemappes où l’on soupçonne une fuite d’eau. "Les deux capteurs calculent la vitesse de l’eau, explique Olivier Tournay. Ici ils sont placés à une soixantaine de mètres de distance. S’il y a une fuite, on va la détecter."

"Si j’entends un bruit de dragon, je vais le poursuivre !"

Mons : privé de Doudou, Saint-Georges traque les fuites d'eau

Une fois le dispositif en place, l’agent des eaux s’installe dans sa camionnette et monte le son pour écouter ce qui passe dans les canalisations.

Le bruit sourd de l’eau qui coule fait penser au grognement du dragon qu’Olivier Tournay affronte quand il devient Saint-Georges. "Si j’entends un bruit de dragon, je vais le poursuivre, prévient-il sur le ton de l’humour. Mais jusqu’à maintenant, ça ne m’est jamais arrivé. "

Mais que ce soit pour traquer les fuites ou tuer le dragon un jour de Doudou, il faut surtout de la persévérance. "Pour chercher une fuite, il faut faire plusieurs essais ", confirme Olivier. Et Saint-Georges de rassurer les Montois : même s’il cherche la fuite à longueur de journée pour la SWDE,  il ne la prendra jamais face au dragon.

Pas de Doudou mais un entraînement quand même

Mons : privé de Doudou, Saint-Georges traque les fuites d'eau
Mons : privé de Doudou, Saint-Georges traque les fuites d'eau © Tous droits réservés

Même si le dragon se terrera encore en 2021 pour la deuxième année consécutive, Olivier Tournay continue de s’entraîner avec son cheval.

"Il faut continuer à l’habituer à ce qu’il verra le jour de la Ducasse, reprend-il. Lui montrer un dragon aux couleurs vives, les rubans qui iront sur lui, histoire d’éviter qu’il prenne peur le Jour-J."

Cela se fait avec des acteurs et figurants de la Ducasse de Mons dans une sorte de mini-combat. "Mais vraiment mini, précise Saint-Georges. Car le dragon est déjà beaucoup plus petit. On ne peut pas sortir le vrai dragon quand ce n’est pas le Doudou."

Notre reportage radio du 26/05/21

Articles recommandés pour vous