RTBFPasser au contenu

Mons : Elio Di Rupo et Georges-Louis Bouchez polémiquent par vidéos interposées

Mons : Elio Di Rupo et Georges-Louis Bouchez polémiquent par vidéos interposées

Après le conseil communal de Mons de lundi qui a dégénéré en engueulade généralisée, le bourgmestre socialiste Elio Di Rupo a publié sur son compte Facebook une vidéo intitulée "Plus d'efficacité au conseil communal". Il apparaît, vêtu d'une chemise blanche, sur fond blanc. Il évoque le conseil communal : l'opposition fait de l'obstruction, dit-il, en déposant un nombre élevé de motions. Conséquence : la majorité a décidé de ne plus mettre ces motions à l'ordre du jour du conseil communal, choisissant l'efficacité.

Loading...

Jeudi, Georges-louis Bouchez (MR), qui dépose un bon nombre de ces motions depuis les bancs de l'opposition, a répondu. Il a produit aussi une courte vidéo augmentée de petits éléments graphiques. Vêtu d'un t-shirt bleu "L'union fait la force", qui laisse apparaître un énorme tatouage sur son bras, il explique tout l'intérêt concret pour les Montois des motions déposées. 

Loading...

Montage haché, rythme décalé, animations graphiques: les deux élus montois tentent de nouveaux formats, et une forme de débat politique sur les réseaux sociaux. En publiant ce genre de vidéos, l'espoir est qu'elles dépassent le cercle de ceux qui suivent un profil ou une page, pour qu'elle soit partagée, puis re-partagée et atteigne de nouveaux citoyens, de nouveaux électeurs.

D'après les travaux de la chercheuse française Anaïs Théviot, qui s'intéresse au militantisme partisan en ligne, l'essor des réseaux sociaux amène difficilement de nouveaux citoyens à s'intéresser à un parti politique. En revanche, ils peuvent créer de vrais moments galvanisants pour les militants. Par exemple lors d'un discours d'un candidat ou pendant une campagne électorale. Les réseaux sociaux renforcent quelque part le sentiment d'appartenance.

Articles recommandés pour vous