Coupe du Monde 2022

Mondial 2022 : un sondage Amnesty révèle que 77% des Belges veulent voir la FIFA indemniser les travailleurs migrants

© Getty Images

15 sept. 2022 à 05:15Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Anthony Roberfroid

Un sondage commandé par Amnesty International et mené auprès de plus de 17.000 adultes dans 15 pays, dont 1.002 en Belgique, révèle que plus de trois quarts (77%) des personnes interrogées en Belgique sont en faveur de l'indemnisation par la FIFA des travailleurs et travailleuses migrants qui ont souffert pendant la préparation de la Coupe du monde 2022 au Qatar, indique l'organisation.

Le soutien est encore plus marqué chez les personnes susceptibles de regarder au moins un match de ce tournoi (85%).

Cette opinion se retrouve chez 73% des sondés dans l'ensemble des pays étudiés (et 84% chez les personnes susceptibles de regarder au moins un match).

L'enquête montre également que 69% des personnes interrogées en Belgique (et 72% chez celles susceptibles de regarder au moins un match) veulent que la Fédération belge de football s'exprime publiquement au sujet des problèmes en matière de droits humains liés à la Coupe du monde 2022 organisée au Qatar.

Parmi les personnes interrogées, 54% disent qu'elles sont susceptibles de regarder au moins un des matchs de la Coupe du monde.

Des centaines de milliers de travailleurs touchés

Depuis 2010, année où la FIFA a attribué la Coupe du monde 2022 au Qatar, des centaines de milliers de travailleurs et travailleuses migrants subissent des atteintes aux droits humains dans le cadre de leur travail de construction et de prestation de service pour les stades, les hôtels, les transports et les autres infrastructures nécessaires pour l'organisation de ce tournoi, rappelle Amnesty International.

Les résultats du sondage viennent appuyer la campagne #PayUpFIFA lancée par une coalition d'organisations de défense des droits humains (dont Amnesty International), d'associations de fans de football et de syndicats en mai 2022, pour demander à la FIFA de créer un fonds d'indemnisation des travailleurs et d'empêcher que d'autres abus ne soient commis. La FIFA a indiqué à Amnesty International qu'elle étudiait cette proposition, mais elle n'a jusqu'à présent pas répondu publiquement.

Dans sa lettre à Amnesty International, répondant aux principales conclusions de ce rapport, la FIFA a réitéré son engagement à mettre en œuvre son processus de vérifications nécessaires pour protéger les travailleurs impliqués dans la préparation de la Coupe du monde 2022, sur la base de ses politiques en matière de droits humains. La Fédération détaille également les considérations relatives aux droits de l'homme qu'elle a prises depuis l'attribution de la Coupe du monde au Qatar en 2010.

Sur le même sujet

La RTBF maintient la diffusion de la Coupe du monde 2022 au Qatar mais fera son devoir d’information concernant les dérives

Coupe du Monde 2022

Peuvent-ils rester en Belgique ou non ? Le Médiateur fédéral demande à la Chambre de trouver une solution pour les titres de séjour qui expirent

Politique

Articles recommandés pour vous