RTBFPasser au contenu

Molenbeek : le nouveau hall des sports portera le nom d'Amal Amjahid

Amal Amjahid et la bourgmestre de Molenbeek ont visité ce vendredi la nouvelle infrastructure.
08 janv. 2021 à 13:00 - mise à jour 08 janv. 2021 à 13:003 min
Par K. F.

Ce sera le hall des sports Amal ! Le choix des Molenbeekois s’est porté sur le prénom d’Amal Amjahid, l’octuple championne d’Europe et du Monde de Ju-jitsu, grande figure locale du haut de son mètre 59.

Pendant plusieurs semaines, la population était appelée par la commune à choisir le nom du futur équipement en cours de d’achèvement au quai des Charbonnages, près de la place de l’Yser. Un important projet lancé il y a 10 ans, représentant un investissement de 12 millions d’euros comprenant salle omnisports, salle de boxe, crèche de 84 places, cafétéria, salle polyvalente… Un lieu d’échanges, un phare sur le canal.

Plusieurs propositions étaient sur la table : Truss, M-Sport, M-Hall, Espoir et Amal. Massivement (850 sur 1700), les Molenbeekois ont opté pour Amal. Un prénom qui rime avec canal, celui qui longe l’infrastructure qui doit être inaugurée avant l’été. Un prénom qui signifie "espoir", en arabe. "Un beau signal pour les sportives au féminin partout en Belgique", note la bourgmestre Catherine Moureaux (PS).

C’est touchant, c’est une belle reconnaissance

"J’ai été vraiment surprise quand j’ai appris la nouvelle", réagit auprès de la RTBF celle qui jouit du statut de sportive de haut niveau. "Je ne m’y attendais pas. Je suis émue. Qu’autant de personnes aient choisi mon prénom, c’est touchant et c’est une belle reconnaissance."

Ce choix a une valeur symbolique "en tant que sportive de haut niveau, que femme, dans un sport qui n’est pas très connu." Le message est fort, également, car il rappelle un parcours de vie hors-norme "pour moi qui a grandi à Molenbeek, a été à l’école à Molenbeek, m’entraîne à Molenbeek. Quand on prend du recul et qu’on analyse ce trajet, on se dit que c’est impressionnant. Tout cela, ces titres de champions de monde et d’Europe, n’a été possible aussi que grâce au soutien et l’aide de plusieurs personnes. Tout est possible dans la vie. On peut partir de rien, évoluer… Mais il faut patienter surtout et faire preuve de persévérance."

Amal Amajahid espère que cette salle permettra de propulser d’autres Amal. "Je fais régulièrement le tour des salles. Je vois qu’il y a un beau potentiel. Ces futurs champions ont besoin de soutien. Cette infrastructure peut les aider." Y posera-t-elle son équipement ? La question ne se pose pas encore pour celle qui termine actuellement un Master en ingénierie et action sociales tout en s’entraînant malgré les contraintes Covid.

En kimono dès l’âge de 7 ans

Coachée par son père, Amal Amjahid a débuté les arts martiaux à l’âge de sept ans. En 2013, elle décroche son premier titre, le championnat du monde. C’est le premier d’une longue série. Chaque année, elle doit faire de la place dans son armoire à trophées. Son espoir, c’est d’y faire figurer un jour une médaille d’or olympique.

Entraînée par son père, Amal n’est pas qu’une jujitsuka reconnue dans son milieu. Elle devient une personnalité du monde du sport belge au même titre que les Borlée, les Red Flames et les Diables rouges.

En 2017, elle est désignée sportive bruxelloise de l’année. Début de l’année dernière, la commune de Berchem-Sainte-Agathe (où elle est née) décide de rebaptiser temporairement la rue Prosper Preser rue Amal Amjahid, à l’occasion du 8 mars, journée des droits des femmes. A la même période, Molenbeek lui décerne le titre d’Etoile de la commune. A la rentrée 2020, elle prend place en tant que chroniqueuse permanente dans la nouvelle émission dominicale de la RTBF "100% Sport".

Une image du sport saine basée sur le fair-play

Amal Amjahid est "une personne qui entraîne positivement le monde sportif et le monde de la jeunesse vers une image du sport saine et basée sur le fair-play. C’est ce dont nous avons besoin pour pouvoir faire en sorte que le sport ne soit pas juste un défouloir. C’est une construction d’identité positive et de valeurs parmi les plus belles", commente Catherine Moureaux qui voit dans la championne "une ambassadrice magnifique pour la commune et pour le fair-play."

Aux côtés de Raymond Goethals et Mohamed Ali

La forme que prendra l’inscription "Amal" n’est pas encore définie. Ce qui est sûr, c’est que celle-ci devrait s’afficher en grand et sur les deux façades du bâtiment.

Aujourd’hui, Amal Amajhid a remporté la reconnaissance de ses concitoyens, après celle remportée sur les tatamis. Son prénom figurera sur un bâtiment public, et de son vivant, dans une commune qui a déjà honoré par le passé l’entraîneur de football Raymond Goethaels (une tribune au stade Edmond Machtens) et Mohamed Ali (la salle de sport Heyvaert).

La future salle Amal, à Molenbeek.
La future salle Amal à Molenbeek.

Articles recommandés pour vous