RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Moins de constructions à Andenne : la Ville va élaborer une carte des zones inondables et limiter les permis d’urbanisme

La Ville d’Andenne n’a pas été épargnée par les inondations l’été dernier. Et, en juin de cette année, de nouveaux incidents ont eu lieu suite aux orages, notamment dans le quartier des casernes (Seilles). La Ville veut donc agir : elle va commander une étude pour déterminer avec précision les zones à risque sur son territoire. Le conseil communal a validé le lancement d’un marché de service pour sélectionner un bureau d’études. Un budget de 160.000€ est prévu.

Une cartographie wallonne « très peu fiable » selon le bourgmestre

Il existe pourtant déjà une "carte de l’aléa d’inondation" éditée et mise à jour tous les six ans par la Région wallonne, qui informe sur les risques d’inondation, et peut notamment aider les Communes dans leurs politiques urbanistiques. "Sauf que cette carte est très peu fiable, avance Claude Eerdekens, le bourgmestre d’Andenne. De zones qui ont été inondées en juillet, comme une partie de la vallée du Samson, ne sont pas considérées comme inondables, alors que d’autres qui ne sont jamais inondées, comme la rue des Roseurs, sont reprises comme inondables." L’étude que va commander la Ville devra donc passer en revue tout le bassin hydrologique d’Andenne, tant au nord qu’au sud de la Meuse. Et une attention particulière sera portée aux nombreux petits cours d’eau qui se jettent dans le fleuve. "Nous aimerions savoir ce que nous devons faire pour ne pas aggraver la situation. Il faudra notamment, peut-être, temporiser les investissements immobiliers sur les hauteurs, car cette artificialisation peut noyer les riverains en contrebas."

Très concrètement, la cartographie servira d’outil au service urbanisme pour d’octroyer ou non les permis d’urbanisme, en fonction des zones concernées. "Cet outil va aboutir à beaucoup de refus de permis.", a indiqué Claude Eerdekens au conseil communal.

Sensibiliser les agriculteurs

La Ville demandera également au bureau d’étude sélectionné de porter une attention particulière aux terres agricoles situées au-dessus de zones habitables. "Une forme d’agriculture industrielle peut entraîner des coulées de boues vers les habitations en contrebas." Le Ville envisage donc d’utiliser sa future carte pour ouvrir un dialogue avec certains agriculteurs peu attentifs à leurs voisins.

Si tout va bien, l’étude hydrologique et la cartographie qui en découle seront prêtes d’ici un an. "Nous serons la première commune wallonne à disposer d’un outil de cette précision", déclare le bourgmestre.

Sur le même sujet

Le retour du bois, de l’argile, de la paille ou de la chaux pour construire sa maison de manière écologique

Immobilier

Articles recommandés pour vous