RTBFPasser au contenu

Economie

Mittal retarde ses annonces sur son plan "d'amaigrissement" européen

Mittal retarde ses annonces sur son plan "d'amaigrissement" européen
11 juil. 2012 à 20:03 - mise à jour 11 juil. 2012 à 20:051 min
Par Julien Vlassenbroeck

Le groupe Mittal se prépare en effet à une cure d'amaigrissement, une de plus. Elle vise les fonctions "support", c'est-à-dire des postes non liés directement à la production: la comptabilité, la logistique, les service du personnel, le gardiennage. Tous les sites vont se serrer la ceinture, les sites luxembourgeois, français, espagnols, gantois et liégeois. Le conseil d'entreprise européen de ce mercredi aurait dû permettre d'en savoir plus, de mesurer l'ampleur de l'effort.

Le groupe Mittal a simplement reconnu qu'il réfléchit à ces mesures d'économies, qu'il va les implémenter à partir de la fin deux mille douze, et pendant deux ans. Pas question de donner des chiffres précis, site par site. Le consultant MC KINSEY a pourtant déjà largement entamé son travail. Mais voilà, à quelques jours des jeux olympiques, le groupe Mittal, qui est l'un des mécènes majeurs, et dont le patron, en personne, doit porter la flamme lors d'un des derniers relais, a préféré postposer les annonces qui fâchent.

Pour ce qui concerne les usines belges, ces nouvelles pertes d'emplois devraient logiquement provoquer l'ouverture d'une nouvelle procédure de licenciement collectif, indépendamment de la procédure pour la fermeture des hauts fourneaux sérésiens, dont la première phase vient seulement de se conclure.

Infractions à la loi sur le gardiennage

Toujours à propos du groupe Mittal, vous vous souvenez sans doute de cette affaire d'espionnage social qui avait éclaté en mars: un membre du service de sûreté industrielle pris en flagrant délit d'utiliser un faux stylo à bille pour filmer les délégués du personnel.

Selon nos informations, le ministère de l'intérieur a terminé son enquête. Selon le procès-verbal de conclusion, il s'agit bien d'infractions à la loi sur le gardiennage, notamment à l('article onze qui interdit tout imixtion dans les activités syndicales. Les sanctions administratives n'ont cependant pas encore été notifiées aux intéressés. C'est une question de quelques jours.

Michel Grétry avec Ju. Vl.

Articles recommandés pour vous