Economie

Missions princières: deux ou trois? Avec ou sans huile de palme?

La Flandre voudrait passer de 4 à 2 missions princières par an, mais pas la Wallonie.
23 nov. 2014 à 15:22 - mise à jour 24 nov. 2014 à 08:33Temps de lecture1 min
Par RTBF

Mais avant les premières signatures de contrats, on a surtout parlé du nombre de missions princières. La Flandre voudrait les voir passer de 4 à 2 par an, pas la Wallonie. Jean-Claude Marcourt, le ministre wallon, voudrait d'abord que Geert Bourgeois, le nouveau ministre-président flamand - pour qui ce sera la première mission princière - constate l'importance de ces missions avant dans les supprimer.

Geert Bourgeois ne participe qu'à la mission à Singapour mercredi. Jean-Claude Marcourt est retenu à Namur jusque lundi soir pour cause de discussion budgétaire.

Un autre sujet de conversation a animé le début de la mission : l'huile de palme ! La Malaisie, qui en est le premier producteur mondial, trouve dommage que la Belgique est parmi les pays qui autorisent le label "sans huile de palme". Du coup, l'ambassadeur de Belgique a cru bon d'expliquer dans la presse malaise qu'il ne fallait pas y voir de croisade anti-huile de palme et qu'au contraire la Belgique allait en importer davantage. Mais aussitôt Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères, a démenti : "Ce n'est pas l'affaire des politiques mais les consommateurs ont le droit de savoir si un produit comme la pâte à tartiner contient oui ou non de l'huile de palme."

La mission économique ne fait que commencer...

Danielle Welter

Mission en Malaisie, les Belges et l'huile de palme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

L'huile de palme, si décriée, pourrait devenir durable

Articles recommandés pour vous