RTBFPasser au contenu
Rechercher

Matin Première

"Miss Marvel", "Barry" et "Planète jurassique" : trois séries de grande qualité

L'Incontournable

Les sorties séries

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Miss Marvel"

Loading...

"Miss Marvel", c’est la septième série Marvel mise en ligne sur Disney +. J’ai déjà évoqué certaines d’entre elles lorsqu’elle avait ce petit quelque chose qui les rendait si pas unique, à tout le moins originales. Et c’est à nouveau le cas ici, avec "Miss Marvel" grâce à un aspect graphique absolument remarquable, des mouvements de caméra, des effets visuels, hommage à la BD, qui s’insèrent parfaitement à l’écran et dans l’histoire. C’est coloré, c’est plein de peps, et tout cela, on le doit au duo belge Adil El Arbi et Bilall Fallah, les réalisateurs de "Black" et "Bad Boys 3" qui prennent un pied dingue à donner vie à "Miss Marvel". L’autre aspect qui détonne, avec cette série, c’est qu’il s’agit d’une superhéroïne américano-pakistanaise, musulmane. Cet aspect d’entre-deux va jouer un rôle dans la série et c’est assez fin et subtil. C’est une série, on dit en anglais coming-of-age, qu’on peut traduire grossièrement par série d’apprentissage de la vie. Alors on suit donc Kamela à l’école secondaire, pas spécialement bien traitée par ses camarades. On la suit dans ses flirts, dans sa relation avec ses parents. On la suit surtout dans son amour pour les superhéros, avec presque une note méta : on suit cette jeune ado comme on suivrait, dans la vraie vie, une fan des superhéros Marvel. Ce qu’est totalement, Iman Vellani, la jeune actrice qui incarne Miss Marvel, et qui donc excelle à vivre un bout de sa vraie vie, à l’écran. Je ne sais pas si je me fais comprendre. Bref, ça donne en tout cas une série très attachante. Et à nouveau une série Marvel qui tient la route. Je ne vais évidemment rien dire sur la dernière série "Star Wars", "Obi-Wan Kenobi", qui malgré tout le talent d’Ewan McGregor, est assez affligeante. Donc, "Miss Marvel", c’est 6 épisodes à voir sur Disney +. C’est réalisé par le duo belge Adil El Arbi et Bilall Fallah, dont j’avais dit le plus grand bien, il y a quelques semaines, pour la série "Grond"/"Terre". Je me permets de signaler que la série, en plus d’une présence sur BeTV, a débarqué sur Netflix. Attention, pour la trouver, il faut utiliser le titre "La bonne terre", c’est à voir en VO néerlandais sous-titré français et c’est vraiment excellent.

"Barry"

Loading...

"Barry" c’est une série HBO à voir sur Betv. La saison 3 débute ce jeudi soir. Barry, c’est un ancien militaire qui a fait l’Afghanistan. Il revient aux USA un peu paumé, ne sachant trop que faire. Vu ses compétences, il devient tueur à gage. On lui donne une cible, pop pop, deux balles de silencieux et c’est réglé. Bon, Barry, faut admettre qu’il s’embête fort dans ce job. Un jour, une mission l’amène à Los Angeles, la cible étant un apprenti acteur. Et voilà notre Barry forcé de suivre un cours de théâtre, avec un vieux prof, acteur has been. Et figurez-vous, Barry, la comédie, il adore ça. Plus que de tuer des gens, en tout cas. Mais vous l’imaginez bien, on ne quitte pas une carrière de tueur sur un claquement de doigts.

Je n’ai jamais parlé de cette série, précédemment et je le regrette, parce que malheureusement, les deux premières saisons sont difficilement rattrapables chez nous. Vous pouvez les voir sur "Streamz", le BeTV flamand. Mais je ne saurais trop recommander cette série tellement est remarquable. C’est une comédie noire brillante, drôle, superbement mise en scène, qui en plus de faire rire, nous parle aussi des traumatismes de guerre vécus par les soldats. Et puis, il y a un casting épatant. D’abord Barry, interprété par Bill Hader, qui est plutôt inconnu de ce côté-ci de l’Atlantique et qui est bluffant en tueur/acteur. A tel point qu’il a d’ailleurs reçu deux Emmy Awards pour ce rôle. Il y a aussi Sarah Goldberg qui joue Sally, la petite amie actrice de Barry, une femme totalement imbue d’elle-même, autocentrée, irascible, détestable. Lors de cette saison 3, elle est absolument incroyable, l’Emmy est clairement en route. Et puis, je vous parlais d’un vieux prof de théâtre. C’est Henry Winkler qui lui prête ses traits. Henry Winkler, c’est Fonzie de Happy Days. Et lui aussi, il est sensationnel. Le dernier épisode de la saison 3, vous allez voir, il est fantastique. Bref, beaucoup de superlatifs, mais je vous l’assure, "Barry", c’est vraiment absolument incontournable. La saison trois débute donc ce soir sur BeTV.

"Planète préhistorique"

Loading...

A ne pas confondre avec la daube infamante "Jurassic World" sortie la semaine dernière au cinéma (et dont Hugues Dayez dit beaucoup de mal). "Planète préhistorique" est à voir sur Apple TV + et si je vous en parle, c’est justement pour vous la préférer plutôt que d’aller au cinéma. Imaginez que tout un tas de scientifiques aient mis leur savoir en commun sur la façon dont les dinosaures vivaient, il y a 66 millions d’années. Et qu’on ait demandé au réalisateur du "Roi Lion", la version live, celle où les animaux de synthèse ressemblaient très fort à de vrais animaux, d’utiliser les mêmes techniques mais avec des dinosaures. Voilà, c’est ça "Planète préhistorique", c’est une série documentaire en cinq épisodes où l’on suit des dinosaures et la façon dont ils vivaient suivant un contexte particulier : on commence par les côtes, avec des ptérosaures, des mignons dinos volants, pour finir dans les forêts avec, entre autres, un hadrosaure, qui est un dino sympathique à bec de canard. On suivra aussi un mononykus dans le désert, ou un Masiakasaurus dans de l’eau douce. Je vous avoue que je ne suis pas spécialement fan des dinosaures, sauf "Petit pied", le dino de notre enfance si vous êtes né au début des années 80. Mais je dois admettre avoir été totalement subjugué par "Planète préhistorique". C’est véritablement un docu animalier du genre qu’on met des années à tourner, sauf qu’ici, tous ces animaux ont disparu et c’est de l’image de synthèse. Il y a donc 5 épisodes au total, ça s’appelle "Planète préhistorique" et c’est à voir sur Apple TV +.

Sur le même sujet

"Rules of the game", une série thriller inédite sur le harcèlement sexuel au travail

Cinéma - Séries TV

"Oussekine", "We own this city", "Bosch: legacy" : la police, pour le meilleur et surtout pour le pire

Matin Première

Articles recommandés pour vous