RTBFPasser au contenu
Rechercher

Feuilleton Misia Sert

Misia Sert, l’égérie d’une élite intellectuelle et artistique parisienne (3/5)

Misia Sert, l'égérie du Tout-Paris

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ecoutez l’épisode 3 du feuilleton inédit Misia Sert, l’égérie du Tout-Paris, écrit par Axelle Thiry et réalisé par Katia Madaule à l’occasion des 150 ans de la muse et mécène du Paris du début du XXe siècle.

Misia est l’égérie d’une élite intellectuelle et artistique qui gravite autour d’elle. Elle brille de tous ses feux au milieu des peintres, des musiciens et des écrivains qui collaborent à La Revue blanche. A Montmartre, c’est l’effervescence. Le quartier est devenu le village des peintres. Ils s’aventurent dans de nouvelles voies. Ils créent un art entièrement neuf qui aura une influence déterminante pour l’évolution de la peinture. L’atelier de Pablo Picasso se trouve dans un étrange bâtiment à Montmartre. Max Jacob l’a appelé le Bateau-Lavoir. Ambroise Vollard organise la première exposition consacrée à Paul Cézanne en 1895. Cézanne célèbre la lumière et sa vibration dans le paysage. Il fait respirer les couleurs dans le souffle de l’air. Misia se passionne pour la peinture. Elle apprécie aussi la vie de bohème à Paris. Quelle ambiance ! En 1900, l’exposition universelle est un événement. Cette année-là, Misia fait la connaissance d’Alfred Edwards, un magnat de la presse. Une rencontre qui va changer sa vie… Elle assiste aussi à une représentation de Boris Godounov de Moussorgsky. Ce sera son second amour en musique.

A Paris, l’art atteint des sommets inexplorés. La première rétrospective Van Gogh a lieu en 1901. Un peu plus loin, on peut admirer des toiles de Pissarro, de Monet, de Seurat, de Bonnard, de Picasso. Maurice de Vlaminck libère les couleurs sur la toile. Henri Matisse les fait danser. Quelle symphonie ! En 1903, le Grand Palais accueille la première rétrospective consacrée à Gauguin. Au vernissage, on croise Marcel Proust. Misia est une muse aussi pour lui. Ils ont des échanges épistolaires pleins d’un charme indéfinissable.

Misia et Thadée traversent des difficultés, notamment financières. Alfred Edwards propose de les aider mais Misia voit clair dans son jeu. Il lui fait une cour assidue. Il finira par devenir son second mari. Alfred offre à sa jeune femme un bateau, l’Aimée, où elle adore inviter des artistes, comme le chanteur Caruso. Mais qu’est-ce qu’il peut parfois lui casser les oreilles avec ses chansons !

Au printemps 1905, Maurice Ravel est éliminé au concours d’essai pour le prix de Rome. Le scandale éclate, et son amie Misia n’y est pas pour rien. C’est aussi la période où les spectacles des Ballets russes font fureur à Paris. Misia Sert se lance dans l’aventure. Elle devient la conseillère de leur imprésario, Serge Diaghilev.

Sur le même sujet

Misia Sert, l’égérie du Tout-Paris, un feuilleton qui vous plonge dans le Paris artistique des années 20

Feuilleton Misia Sert

Misia Sert, l'égérie du Tout-Paris : de l'exaltation du Paris des années 20 aux années solitaires (5/5)

Feuilleton Misia Sert

Articles recommandés pour vous