RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'info culturelle

« Mignon » d’Ambroise Thomas : Une icône de l’opéra français retrouve le chemin des planches à l’Opéra Royal de Wallonie

Répétition Mignon Opéra Royal de Wallonie

Personnage oublié, opéra-comique délaissé, Mignon n’en reste pas moins une œuvre emblématique du répertoire français. L’opéra d’Ambroise Thomas est à l’affiche de l’Opéra Royal de Wallonie dans une adaptation qui reste fidèle à la partition originale. " Mignon ", à l’affiche de l’Opéra Royal de Wallonie du 1er au 9 avril. Diffusion le 28 mai à 20h sur Musiq3.

Créé à Paris en 1866, l’œuvre d’Ambroise Thomas a reçu un accueil mitigé le soir de la première, avant de connaître un succès de foule retentissent. Si bien qu'en 1894, l'œuvre d’Ambroise Thomas devient le premier opéra à connaître mille représentations du vivant de son compositeur et qu'à la fin du 19ème siècle, le personnage de Mignon est une véritable icône populaire. 

Rédigé par Jules Barbier et Michel Carré, le livret s’inspire librement d’un roman de Goethe " Les années d’apprentissages de Wilhelm Meister ".

Mignon

Le livret retrace l’histoire d’une quête identitaire. Au début de l’œuvre, Mignon ignore tout de son passé. La jeune fille, timide et ingénue, mène une vie précaire au milieu d’une troupe de bohémiens. Au cours d’une représentation, Wilhelm, un riche et beau jeune homme, la remarque et la sauve de sa pauvre condition. Mignon tombe amoureuse, mais le jeune aventurier est également remarqué par une séduisante comédienne qui répond au nom de Philine. La rivalité fait rage et le trio amoureux se déchire au bout du deuxième acte, tandis qu’en toile de fond, le théâtre brûle.

Succès oblige, Mignon compte un nombre incalculable de versions qui ont toutes été imaginées par le compositeur. Cette nouvelle production de l’Opéra Royal de Wallonie reste fidèle à la partition originale et au genre opéra-comique. L’œuvre alterne les grands airs lyriques et les dialogues parlés. Elle conserve également le final initial qui implique la mort tragique de Mignon.

Cette œuvre a connu une histoire rocambolesque. Elle est à l’origine du terrible incendie de la salle Favart en 1887. Le chef d’orchestre français Frédéric Chaslin au micro de François Caudron

Entretien avec le chef d'orchestre Frédéric Chaslin

L'info culturelle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une mise en scène de Vincent Boussard

Le genre opéra-comique impose aux comédiens d’alterner les airs (chantés) et les dialogues parlés. Mais au-delà des dialogues, le théâtre est présent d’un bout à l’autre du livret. C’est au cours d’une représentation manquée que Mignon fait la connaissance de Wilhelm. Philine, l’éternelle rivale de Mignon, est comédienne. A la fin du deuxième acte, c’est au milieu d’un théâtre en flammes que Mignon est une nouvelle fois sauvée par Wilhelm.

Le metteur en scène français Vincent Boussard, joue avec ces nombreuses mises en abîmes et nous invite à passer de l’autre côté du décor. Il place les personnages d’Ambroise Thomas sur les planches d’un théâtre tandis qu’en fond de scène, le chœur est placé à la manière d’un public qui observe les solistes.

Pour ce qui est des costumes, les personnages semblent voyager dans le temps. Au fil de la représentation, Mignon apparaît (en petit Mozart) dans un costume du 18ème siècle. Elle enfile ensuite, une robe somptueuse, très 19ème, avant de traverser le plateau en baskets, en veste et en jeans.

Le metteur en scène Vincent Boussard au micro de François Caudron

Entretien avec le metteur en scène Vincent Boussard

L'info culturelle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Certains partis pris de mise en scène pourront surprendre. Le personnage de Frédéric, l’amoureux transi de Philine, est abordé de manière burlesque. A la fin du deuxième acte, l’annonce de l’incendie du théâtre ne suscite aucun mouvement de panique. La peur de Wilhelm est accueillie avec hilarité par les membres du chœur qui semblent assister à une scène de théâtre grotesque…

Côté musique, l’opéra compte des airs remarquables mais l’œuvre d’Ambroise Thomas, dans sa version opéra-comique, impose au public de s’armer de patience tant les dialogues parlés alourdissent un récit qui s’enlise dans d’interminables longueurs.

" Mignon ", à l’affiche de l’Opéra Royal de Wallonie du 1er au 9 avril. Diffusion le 28 mai à 20h sur Musiq3.

Articles recommandés pour vous