RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Mieux comprendre ce qui se passe en Afghanistan en six questions-réponses

16 août 2021 à 17:15 - mise à jour 17 août 2021 à 14:15Temps de lecture4 min
Par RTBF

Vingt ans après leur chute, les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan à la suite d’une offensive fulgurante. Comment les talibans ont-ils pu revenir à la tête de l’Etat alors que les derniers soldats américains n’ont même pas encore quitté le pays ? Quelles sont les conséquences au niveau international ? Cernez les enjeux de ce qui se joue en Afghanistan en six questions.

  • Comment le rôle des talibans en Afghanistan a-t-il évolué ?

Rapide rétroacte pour bien comprendre la situation aujourd’hui. Le groupe de combattants islamistes des talibans a été au pouvoir en Afghanistan de 1996 à 2001. Le régime tombe dans la foulée des attentats du 11 septembre et des bombardements de la coalition internationale menée par les Etats-Unis et mandatée par l’ONU sur l’Afghanistan. Les talibans sont accusés de soutenir Al-Qaeda et de cacher ses responsables, dont Oussama Ben Laden.

Après leur chute, les talibans sont affaiblis mais ne disparaissent pas. Ils se retranchent dans leurs fiefs de l’Est du pays le long de la frontière pakistanaise et profitent de cette retraite pour se réorganiser, se réarmer. Politiquement, ils ne sont pas évincés non plus. En 2004, la réconciliation est négociée, les talibans qui le souhaitent bénéficient d’une amnistie et réintègrent la vie civile.

Ils se restructurent et remontent en puissance dans les années suivantes. Ils montrent aussi leur force de frappe en perpétrant des attentats suicides, des enlèvements, une tentative d’assassinat du président Hamid Karzaï (en 2008). Dans les années 2010, ils reconquièrent petit à petit certaines zones du pays. Jusqu’à reprendre la capitale ce 15 août. Presque 20 ans jour pour jour après en avoir été évincé.

  • Pourquoi tout se précipite maintenant ?

Alors que les talibans se réorganisent en regagnent en puissance ces dernières années, les troupes occidentales, elles, se retirent progressivement du pays. En avril dernier, le président américain Joe Biden, confirmait, que les soldats américains auront définitivement quitté l’Afghanistan le 11 septembre prochain.

Profitant de ce vide, les talibans lancent une nouvelle offensive. Elle est rapide et surprend. Ils reprennent des zones et des villes importantes en quelques semaines. C’est une débâcle pour l’armée et la police officielle afghanes qui ne font pas le poids.

  • Qui sont les talibans ?

Taliban, ça veut dire "étudiant" en arabe. C’est un mouvement politique islamiste né début des années 90. Ils ont un objectif : instaurer un gouvernement islamiste et organiser une société sur la base d’une interprétation stricte de la Charia.

Ils émergent après l’occupation soviétique de l’Afghanistan. Le mouvement est alors composé d’étudiants qui cherchent à pacifier le pays déchiré par plusieurs groupes armés qui se disputent le pouvoir après le départ soviétique. Ils prônent un retour à l’Islam pur.

Ils prennent le pouvoir à Kaboul en 1996 et instaurent le régime autoproclamé de l’Emirat islamique d’Afghanistan. Les pendaisons, exécutions, tortures y sont légion.

En 20 ans, les talibans n’ont pas changé idéologiquement. Les cadres du mouvement sont d’ailleurs restés largement les mêmes que dans les années 90.

  • Les 20 années d’intervention américaine n’ont-elles servi à rien ?

Le retour des talibans 20 ans après leur éviction du pouvoir donne une impression de "retour à la case départ". Pour Nicolas Gosset, chercheur à l’Institut royal supérieur de défense, Il ne faut pas ergoter : "Nous avons affaire à une défaite complète. Une défaite politique, militaire, morale qui correspond d’abord à une débâcle de l’armée afghane et à l’effondrement de la République d’Afghanistan et par là même, un échec de l’ensemble de la stratégie occidentale des 20 dernières années. C’est finalement une guerre à somme nulle puisqu’on se retrouve face à un retour des talibans".

Ce qui a surpris, c’est la vitesse de l’offensive talibane et en face la démobilisation des forces armées officielles. "Les forces afghanes ont été entraînées, armées, soutenues par les Etats-Unis et l’ensemble des pays de l’Alliance Atlantique. Ça pose à tout le moins question et ça nous met face à nos responsabilités".

Loading...
  • Qui dirige le pays à présent ?

Formellement c’est toujours le président Ashraf Ghani bien que, dans les faits, il ait fui le pays dimanche alors que les talibans prenaient le palais présidentiel. Il n’est donc plus en mesure de gouverner. "Les talibans ont gagné", déclarait le président exilé dans sa fuite.

La question est à présent de savoir si les talibans vont être reconnus et légitimés comme interlocuteur par les Etats du monde.

Pour le Royaume-Uni par exemple, "ce n’est pas le moment de reconnaître les talibans comme gouvernement officiel du pays". Pour autant, le nouveau régime taliban ne sera pas forcément un état paria. Les Occidentaux ont des intérêts objectifs à ne pas couper les ponts. Les ministres des Affaires étrangères des pays de l’UE tiendront d’ailleurs mardi une réunion par visioconférence pour discuter de la situation en Afghanistan et d’une position diplomatique commune.

La Russie et la Chine, de leur côté ont maintenu leur ambassade en Afghanistan. L’ambassadeur de Russie à Kaboul va d’ailleurs rencontrer les talibans mardi, pour décider de reconnaître ou non le nouveau pouvoir afghan en fonction de ses "agissements". La Chine, elle, a indiqué qu’elle souhaitait des "relations amicales" avec les talibans.

  • Y a-t-il des Belges sur place ?

Oui, d’après le décompte des Affaires Etrangères, il y a encore une cinquantaine de Belges présents en Afghanistan. 34 résidents permanents (travailleurs d’ONG, double nationalité…) et membres de leur famille. S’ajoute à cela entre 11 et 13 Belges de passage dans le pays. Le gouvernement a donné son feu vert au déploiement de trois avions de transport de la Défense en Afghanistan pour une mission d’évacuation. Il s’agit d’un Airbus A400 M et de deux C-130.

Sur le même sujet

Afghanistan: " Si je faisais de la musique dehors, peut-être que les talibans viendraient me tuer "

Monde

Luxe, kalach' et volupté: lorsque les talibans campent chez leur ancien ennemi

Monde