Le 8/9

Midam sort le 21e "Game Over" : "C’est un peu l’allégorie de la vie, on sait tous que ça va mal se terminer"

Midam

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 sept. 2022 à 08:51Temps de lecture2 min
Par Philomène Parmentier

Midam était l’invité du 8/9, pour présenter son 21e album Game Over. L’occasion pour l’auteur-dessinateur de revenir sur les éléments marquant de sa carrière, ses débuts à l’armée comme dessinateur-décorateur, la fragilité de la vie qu’il met en scène dans Game Over et bien d’autres secrets sur ces projets.

Depuis 2004, année de sortie du premier Game Over, Midam essaye de sortir un à deux albums Game Over par an ainsi qu’un Kid Paddel. Pour tenir ce rythme et pour continuer de proposer des albums de qualités, Michel Ledent, de son vrai nom, a choisi de s’entourer d’une grande équipe. En effet pour lui, le comique et la qualité prime.

Avec Game Over, vous êtes plongé dans un jeu vidéo sans texte et vous suivez les aventures du petit barbare qui doit sauver la princesse. Malheureusement, il n’y arrive jamais, chaque planche de la bande dessinée se solde par un échec pour le petit barbare, un échec qui pour le lecteur est un gag. Pour Midam, "c’est un peu l’allégorie de la vie, on sait tous que ça va mal se terminer mais on ne sait pas quand ni comment". Le genre artistique qui aborde la fragilité de la vie et le triomphe de la mort, c’est la vanité. Sous les traits humoristiques de son auteur, Game Over ne parle que de ça.

Game Over est donc une bande dessinée sans texte et comme pour les comédiens, Midam confie que les scénarios parlants sont plus simples à construire et à conclure que les muets. Lorsque l’on propose un sketch ou une BD sans texte, on découvre la force de l’acteur ou du dessinateur mais aussi ses limites. On peut rattraper un scénario avec un bon mot, un dialogue alors que sans texte on ne peut rien rattraper.

Le seul texte que Michel Ledent intègre à ses planches c’est le "Game Over" en chaque fin de gag. Au cours des 21 albums, il a créé plus de 800 "Game Over" différents. C’est un hommage à André Franquin qui dessinait Gaston Lagaffe et qui après quelques années a signé ses planches en intégrant un élément en rapport au gag dans sa signature.

Et avant d’être l’auteur de bande dessinée que l’on connaît aujourd’hui, Michel Ledent a fait son service militaire dans la Force Navale Belge à Anvers en tant que dessinateur-décorateur. Il décorait les chambres de l’armée en peignant des bateaux et quand un bateau venait à Kallo, il dessinait une caricature de ce dernier qui était ensuite offerte à l’équipage. Et quand un officier prenait sa pension il le caricaturait lui offrant ainsi un souvenir spécial de sa carrière à l’armée.

Midam a une vie bien chargée et il vous donne rendez-vous en novembre pour un nouvel album Kid Paddel. Et d’ici-là, n’hésitez pas à le suivre sur les réseaux sociaux.

Loading...

Sur le même sujet

Le pianiste Riopy raconte sa rencontre avec Chris Martin, le chanteur de Coldplay

Le 8/9

"Gotainer ramène sa phrase", découvrez ce qui rend ce spectacle inédit

Le 8/9

Articles recommandés pour vous