RTBFPasser au contenu

Societe

Microsoft affirme ne pas collecter d'informations personnelles via Windows 10

Microsoft affirme ne pas collecter d'informations personnelles via Windows 10
31 août 2015 à 16:182 min
Par Belga

L'entreprise technologique Microsoft a affirmé ne pas collecter d'informations personnelles via le nouveau système d'exploitation Windows 10. Il ne s'agirait que de données techniques nécessaires pour la sécurité et la performance du système, selon Bruno Schröder, directeur Technologie chez Microsoft BeLux, contacté lundi par Belga. Depuis le lancement de la nouvelle version du système d'exploitation de la société, fin juillet, des inquiétudes se répandent au sujet de la protection des données privées.

"Une meilleure relation entre l'utilisateur et Microsoft"

"Avec Windows 10, nous tentons de changer complètement le paysage de la sécurité", indique Schröder. "Nous avons besoin, pour l'améliorer, de meilleures mesures et relations entre l'utilisateur et Microsoft".

Bruno Schröder affirme que l'entreprise ne collecte pas de données dans un but commercial. "Nous utilisons les données uniquement pour du monitoring et l'amélioration des produits. Il s'agit d'informations sur le fonctionnement du système, quand quelque chose [d'anormal] se produit comme un 'crash', et sur l'identité des applications instables. L'information ne parvient qu'aux ingénieurs de Microsoft".

Selon Bruno Schröder, les informations personnelles des utilisateurs sont toujours séparées des données techniques, collectées en interne. Ces données techniques peuvent ensuite être partagées avec des partenaires externes, mais sous la forme d'"aggregated data", des paquets de données non-individuelles permettant des analyses.

Une poignée de demandes par jour

Transmettre des données aux autorités n'a lieu que sur demande d'un juge d'instruction, et dans le "cadre légal contre le cybercrime et le terrorisme", précise-t-il. Cela ne concerne qu'une poignée de demandes par jour pour tout le pays, et Microsoft peut en rejeter s'il estime que la base légale est insuffisante.

Par ailleurs, "chaque utilisateur peut déterminer quelle information est collectée. Il peut choisir entre quatre catégories, depuis un niveau de base ne comprenant que les données de sécurité", indique Bruno Schröder, qui insiste toutefois sur la nécessité d'une communication entre l'utilisateur et Microsoft pour que Windows reste "un service". "Il est également important que l'update automatique reste actif, pour limiter le champ d'action des hackers".

 

Articles recommandés pour vous