Coupe du Monde 2022

Michel D’Hooghe se défend sur l’attribution de la Coupe du monde au Qatar : "Non, je n’ai jamais été influencé"

20 oct. 2022 à 12:55Temps de lecture2 min
Par Sylvain Rouquet

A un mois du début de la Coupe du monde au Qatar, de nombreuses voix se manifestent pour dénoncer, aussi bien du point de vue climatique que sportif ou éthique, l’organisation du mondial dans un pays comme le Qatar. Présent à l’époque dans le Comité exécutif de la FIFA lors du vote pour l’obtention de la Coupe du monde 2022, Michel D’Hooghe a fait le point au micro de notre journaliste Kevin Paepen en marge de l’attribution ce midi du Trophée national du Mérite sportif à Remco Evenepoel, dont il fait partie du jury.

"J’ai entendu toutes ces critiques et je n’y réponds même pas" balaye Michel D’Hooghe. "Je dis simplement d’attendre que le ballon roule et vous allez voir ce que vous allez voir. Le Qatar sait que les yeux du monde sont fixés sur lui. Le pays fait un énorme effort pour répondre aux demandes. Je pense que nous assisterons à un grand tournoi."

Il y a un peu moins de 10 ans, le Belge avait été inquiété par des enquêtes indépendantes sur son implication dans la désignation du Qatar. L’enquête menée par le procureur Michael Garcia entre 2012 et 2014 mettait sur la sellette l’ex-président du FC Bruges. Le procureur avait pointé deux éléments pouvant éventuellement prouver corruption pour l’attribution de la Coupe du monde au Qatar : premièrement, huit semaines après l’attribution du Mondial 2022 au Qatar, Pieter D’Hooghe, le fils de Michel, a reçu un poste de médecin du sport à l’hôpital Aspetar à Doha. Deuxièmement, La société de transport maritime de Rik Rammant, fils de Luc Rammant la personne de confiance de D’Hooghe, a reçu des contrats au Qatar.

La commission d’éthique de la FIFA a toutefois estimé que ces éléments n’étaient pas assez probants pour parler de corruption.

"Je n’ai jamais ressenti cela comme une critique. J’ai toujours été ouvert" résume Michel D’Hooghe. "Je peux vous dire que non, je n’ai jamais été influencé. J’ai voté en âme et conscience, en ayant étudié tous les dossiers. Il faut croire que certains ont été étonnés qu’un pays du Moyen-Orient ait obtenu la Coupe du monde. Il ne faut pas oublier que la FIFA veut propager le football dans toutes les régions du monde. Je pense qu’ici c’est un exemple d’ouverture. Donc je n’ai aucun problème avec cela. J’avais un problème sur une Coupe du monde au Qatar en juin-juillet. Et heureusement pour une fois on m’a écouté en la déplaçant en automne."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous