Monde

Michel-Ange: propagande pour le gouvernement Berlusconi?

RTBF
23 avr. 2009 à 14:44Temps de lecture1 min
Par RTBF

L'Etat italien fait grand cas de l'acquisition l'année dernière de ce crucifix: l'œuvre voyage dans la péninsule à grands renforts de publicité. Elle est exposée jusqu'au 3 mai à Milan. Or plusieurs experts doutent: selon eux, l'œuvre date bien de la Renaissance, mais il n'est pas du tout sûr qu'elle soit signée de Michel-Ange, auquel cas, le prix de 3,3 millions d'euros serait  tout à fait exagéré.

La polémique gonfle aussi sur le thème de l'utilisation des deniers publics en matière culturelle: pourquoi tant d'argent dépensé en pleine crise pour une œuvre d'art, alors que le patrimoine italien a tant besoin d'aide ? En pleine crise financière, le ministère italien de la Culture a annoncé des économies de plus d'un milliard d'euros pour les trois prochaines années.

Tomaso Montanari, professeur à l'Université de Naples est l'un des nombreux experts d'art italiens qui ont critiqué dans les médias cette dépense exagérée de l'argent public. Il avance une réponse: selon lui, c'est une véritable stratégie politique. La façon dont ce crucifix est exhibé dans tout le pays est une tentative délibérée du gouvernement de Silvio Berlusconi d'être associé à un important symbole religieux. Selon lui, "ils n'ont pas juste acheté un Michel-Ange, mais bien un crucifix".

(A.L. avec le New York Times) 

Sur le même sujet

Le David de Michel-Ange, colosse aux pieds d'argile?