Icône représentant un article audio.

L'Heure H

Meurtre d'une lingère à Jemappes en 1881 : ce détail qui a permis d'arrêter le tueur

L'Heure H

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le samedi 15 octobre 1881. Dans la Grand-rue à Jemappes, près de Mons, les commerçants s’activent. Le samedi, c’est généralement une grosse journée. Le marchand de légumes étale ses caisses devant sa boutique, le boucher découpe sa viande derrière sa vitrine, l’horloger vient de lever ses volets.

Mais la fripière du numéro 33 n’est pas encore levée. D’habitude, Augustine Cantiniaux, veuve Delsart, une octogénaire, est la première debout. Quand les autres lèvent les volets de leurs échoppes, les portes de son magasin de vêtements sont déjà ouvertes.

L’horloger de la rue se propose d’entrer dans la chambre de la veuve. Il fait sombre. Il allume une bougie, fait quelques pas dans la chambre... et s’arrête brusquement ! L’oreiller sur lequel repose la tête de la victime, est imbibé de sang ! Il allume une bougie et constate qu’il y a du sang dans toute la pièce.

Une hache de boucher, ensanglantée, se trouve sur une chaise, placée près du lit. Un véritable massacre. Le parquet de Mons et les inspecteurs sont dépêchés sur place mais... aucun indice probent ne leur saute aux yeux. Comment démasqueront-ils le coupable ? Grâce à un détail intrigant venant du procureur de la République à Lille...

► Écoutez l’entièreté de ce récit dans le podcast ci-dessus, et bien d’autres destinées qui ont basculé à L’Heure H avec Jean-Louis Lahaye, du lundi au vendredi de 15h à 16h et en replay sur Auvio.

Des femmes étendent leur linge en Grande-Bretagne vers 1880. Image d'illustration.
Des femmes étendent leur linge en Grande-Bretagne vers 1880. Image d'illustration. Sean Sexton/Hulton Archive/Getty Images

Sur le même sujet

En chair à Jemappes ou en plastique à Ligny, deux grandes batailles reconstituées à découvrir

Regions Hainaut

Articles recommandés pour vous