Icône représentant un article audio.

Jupiler Pro League

Mehdi Bayat contesté par le public après le 0 sur 6 de Charleroi : "Nos supporters sont plus exigeants et il faut l’accepter"

30 avr. 2022 à 19:46 - mise à jour 30 avr. 2022 à 19:46Temps de lecture8 min
Par Giovanni Zidda avec Erik Libois

La défaite 1-3 face à La Gantoise et par conséquent le 0 sur 6 du Sporting de Charleroi dans ces Europe playoffs a provoqué la colère et la frustration des supporters carolos samedi soir à la fin de la rencontre qui opposait les Zèbres à Gand. Une partie du stade a contesté l’administrateur délégué du club Mehdi Bayat à coups de "Merci Mehdi', "Mehdi saute avec nous".

Un mécontentement qui est bien arrivé aux oreilles du dirigeant carolo. "Je pense qu’il y a beaucoup de frustration, beaucoup de déception. Si je peux d’une certaine manière les aider à soulager leur tristesse, il faut l’assumer. Ça fait partie de la vie d’un dirigeant", a réagi Bayat au micro d’Erik Libois à la fin de la rencontre.

"On mène 1-0 à la mi-temps et puis en deuxième période on prend trois buts en 15 minutes. Ça change complètement la donne. Indéniablement ça casse des rêves. Des rêves qu’on a tous. Je suis un supporter aussi. Je suis extrêmement déçu aussi. Ça fait partie du jeu. Il faut l’assumer et c’est moi le responsable. Si ça doit être la faute de quelqu’un, c’est celle du décideur final et c’est moi. Ce n’est pas agréable, ça ne me plaît pas mais c’est comme ça."

"Le seul objectif qu’on a c’est essayer de terminer le plus haut possible au classement"

Après avoir évoqué une "deuxième mi-temps exécrable" et "les qualités de Gand", Bayat a reconnu que l’objectif européen était devenu inatteignable. Il demande désormais à son équipe de se remobiliser pour terminer la saison en beauté.

"Il va falloir garder les joueurs motivés. Il va falloir qu’on les pousse à aller chercher des résultats. Le seul objectif qu’on a c’est essayer de terminer le plus haut possible au classement. Quand on fera la moyenne des 5 dernières années, ce sera important. On veut mieux faire que cette 8e place. Il reste encore des matches pour pouvoir le faire […] Notre objectif était d’être présent dans les Europe playoffs. Ensuite, on voulait en être un acteur. Malheureusement, on ne l’est pas trop. Il faudra faire un bilan et se poser des questions en fin de saison."

Et d’ajouter sur le sujet. "Aujourd’hui, le Sporting de Charleroi est un club qui ne joue plus le maintien mais qui joue régulièrement le top 6. Certains disent que c’est très bien. Des supporters aujourd’hui sont plus exigeants, c’est leur droit et c’est à nous d’assumer cette responsabilité-là et d’essayer de leur donner plus."

" Certains vous diront que notre bilan est exceptionnel, nos supporters sont plus exigeants"

Conscient que le public en demande plus, Mehdi Bayat veut faire levier sur toutes les ressources disponibles pour assouvir les ambitions zébrées. Il souhaite néanmoins faire remarquer que la marge de manœuvre est limitée.

"On a une obligation de vendre des joueurs. Il y a 4 clubs qui sont rentables en Belgique, le Sporting de Charleroi en fait partie. On ne peut pas faire autrement. On n’a pas de milliardaire à Charleroi. On n’a pas la possibilité de faire des augmentations de capital qui sont faites dans d’autres clubs. Ici on doit travailler avec nos moyens, faire en sorte que le club puisse subsister et en même temps essayer d’avoir les meilleurs résultats sportifs. Certains vous diront que notre bilan est exceptionnel, nos supporters sont plus exigeants. A moi de faire en sorte qu’on parvienne à obtenir de meilleurs résultats sportifs et qu’on continue d’être rentable.

"On a besoin de plus de ressources et c’est possible mais je ne suis pas un magicien"

C’est évident qu’on a besoin de plus de ressources. Est-ce possible ? Bien sûr. Il faut un nouveau stade, il faut essayer d’attirer un nouveau public dans un contexte complètement différent ; faire en sorte qu’on ait une tribune familiale plus accueillante pour attirer un nouveau public. Au niveau du sponsoring et du travail avec le secteur VIP, on est déjà au maximum de nos capacités. Je ne suis pas magicien. Il faut vendre des joueurs.Tous les clubs en Belgique sont obligés de le faire."

"Si nos supporters ont envie de croire qu’on est capable de faire quelque chose, c’est qu’on a déjà réussi à franchir cette première étape. Maintenant, il faut être capable de concrétiser. C’est notre responsabilité et il faut l’assumer", a conclu Bayat.

Articles recommandés pour vous