RTBF TV

Méditerranée : enquête sur un naufrage fantôme – documentaire inédit

enquête sur un naufrage frantôme
23 oct. 2013 à 11:03Temps de lecture1 min
Par Anne Schiffmann, Ariane Denis

Dans la nuit de Noël 1996, une tempête fait rage au sud des côtes siciliennes. A quelques miles du village de pêcheurs de Portopalo, une tragédie se joue. Au milieu d'une mer démontée, un cargo, le Yohian, transborde 300 clandestins pakistanais, indiens et tamouls, sur un rafiot de pêche censé rejoindre discrètement la côte sicilienne. La tempête redouble d'intensité, le petit bateau est alors projeté contre le cargo et coule à pic avec ses passagers. Bilan : 283 morts. Le cargo accoste en Grèce et libère une vingtaine de survivants. Il aura fallu plus de 5 ans pour que cette histoire ne soit révélée. Ce film nous raconte comment le mystère du naufrage fantôme a finalement été percé. On apprendra ainsi qu’au lendemain du naufrage, les pêcheurs de Portopalo, repartis en mer avec leurs chalutiers, ont découverts les cadavres. On apprendra surtout qu’ils les ont rejetés à la mer, sans avertir personne, respectant ainsi une incroyable omerta. Au même moment, en Grèce, une trentaine de clandestins arrêtés par la police affirment être les rescapés du naufrage. Mais faute de preuve matériel en mer, l’information était restée sans suite. C’est finalement l’opiniâtreté de journalistes aidés par les révélations d’un pêcheur de Portopalo qui ont révélé l’affaire au grand jour. Après des années de silence, une enquête judiciaire a fini par être ouverte et un premier procès s’est ouvert en 2003 contre le commandant du cargo et le propriétaire du petit bateau. Ils ont été acquittés. Mais quelques années plus tard, en appel, ces deux hommes ont été condamnés à 30 ans de prison pour homicide volontaire, soit la plus lourde peine jamais prononcée contre des trafiquants de clandestins. 15 ans après le drame, l’auteur de cette enquête nous emmène également sur les traces des survivants ou des familles des disparus en Inde, au Pakistan et au Sri Lanka.

Extrait ci-dessous :

 

Articles recommandés pour vous