Médias et public, comment rétablir la confiance?

Médias et public, comment rétablir la confiance ?

© Pixabay

05 déc. 2018 à 10:32 - mise à jour 05 déc. 2018 à 10:32Temps de lecture3 min
Par Fabienne Pasau

On parle beaucoup de la défiance grandissante du public à l’égard des journalistes, des médias traditionnels. Il y a le contexte fake news, les complotistes de tous bords, les situations de crise, comme les frictions avec les gilets jaunes... Que peut-on mettre en place pour restaurer la crédibilité, la légitimité des médias professionnels ? Pour retrouver la confiance auprès du public qui a décidé de s'en détourner?


Plusieurs méthodes sont testées, dont deux approches en particulier : celle des éditeurs de presse belges, avec le label 'L'info d'origine contrôlée', et 'Inside', le nouveau projet RTBF qui dévoile les coulisses de l’info.

 

La campagne de sensibilisation des éditeurs de presse belge

La campagne 'L'info d'origine contrôlée' a été lancée il y a deux semaines. 

L'objectif est à la fois positif et défensif, explique Denis Pierrard, directeur général d'IPM, le goupe qui possède entre autres La Libre Belgique et la DH.

Positif parce que, dans ce contexte de fake news qui se propagent toujours plus sur les réseaux sociaux, il est important de montrer que la vraie info se trouve dans les médias professionnels, que ce soit en audiovisuel ou en presse écrite.

Défensif parce que les journalistes sont souvent accusés, entre autres par certains dirigeants, de propager eux-mêmes des fake news.  Il est urgent de réagir en montrant que c'est au contraire chez eux qu'on trouve la vraie info.

Ils subissent des attaques de plus en plus fréquentes, comme en Italie où un dirigeant a proposé récemment de supprimer purement et simplement la fonction de journaliste.


Inside, le nouveau projet RTBF

Avec Inside, la RTBF ouvre en quelque sorte ses coulisses, explique Sylvia Facinelli, journaliste à la RTBF et l'une des co-fondatrices du projet.

Le but est d'inviter le public à plonger au coeur de l'information, à être à côté des journalistes lorsqu'ils font l'information. "C'est bien plus qu'un making of, car il s'agit de montrer qu'on se questionne, qu'on se remet en question, qu'on répond aux questions et interrogations du public. C'est une démarche d'ouverture avec cette dimension de réflexion en plus."

L'idée est de réagir à la méfiance ambiante par rapport aux journalistes et de se distinguer en proposant quelque chose de différent, pour montrer au public que les journalistes méritent leur confiance. Mais pour cela, "nous devons nous-mêmes faire confiance aux gens, accepter de rendre explicite des choses qui jusque là étaient peut-être implicites et admettre qu'on peut parfois faire des erreurs." 

Le but est d'être partenaire avec le public.

Pour Denis Pierrard aussi, c'est important de montrer aux gens que l'information est faite par des humains. "Et que parfois les réponses sont bonnes, mais parfois elles ne sont pas bonnes, parce que ce sont des humains". La Libre suit d'ailleurs la même démarche en proposant des interviewes de ses journalistes qui expliquent pourquoi ils ont choisi ce métier. 

 

Que trouve-ton dans Inside ?

Inside, c'est une page web alimentée par des articles et des photos qui exploreront les coulisses et dévoileront le contexte de différents reportages.

On y trouvera des réponses à des questions comme "faut-il une carte de parti pour être journaliste à la RTBF ?" ou "pourquoi y a -t-il si peu de femmes expertes sur les antennes de la RTBF ?".

Les journalistes s'y questionneront sur les choix qui ont été faits et partageront tout cela avec le public.

On y trouvera aussi des planches de BD mettant en scène Lili, une jeune journaliste qui découvre la rédaction.

 

Objectif commun : la qualité

Les médias professionnels sont tous soumis au même défi de maintenir la qualité. Ce n'est pas évident dans un contexte où des concurrents gigantesques mettent à mal le modèle économique de la presse et ne poursuivent pas nécessairement les mêmes objectifs. C'est le cas de Facebook qui a pour objectif premier de récolter des clics et des données personnelles, explique Sylvia Facinelli.

L'ensemble des médias de presse quotidienne travaille à faire comprendre aux gens que l'information a un coût, et qu'elle devrait donc aussi avoir un prix. Mais ce n'est pas facile à faire passer auprès du public, habitué à l'information gratuite. 

Toutefois, "dans ce modèle sérieusement chahuté, cela commence doucement à fonctionner, les abonnements numériques progressent de 70 à 100% par an. La Libre arrive ainsi à 30 à 40% d'abonnements numériques versus les abonnements papiers", se réjouit Denis Pierrard.

RDV sur lapresse.be  et sur Inside  pour en découvrir davantage.

Et suivez ici la séquence complète des Décodeurs.

 

 

Médias et public, comment rétablir la confiance ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous