RTBFPasser au contenu
Rechercher

Politique

"Méconnaissance" ou "stratégie politique" : la réaction du fondateur de MolenGeek aux propos de Conner Rousseau

27 avr. 2022 à 07:14Temps de lecture3 min
Par Africa Gordillo, sur base de l'interview de Thomas Gadisseux

"Quand je roule dans Molenbeek, moi non plus je ne me sens pas en Belgique", les propos du président de Vooruit (socialistes flamands) Conner Rousseau dans le magazine Humo alors qu’il était interrogé sur le résultat de l’extrême droite en France suscitent la polémique. "C’est une méconnaissance de Molenbeek ou c’est fait exprès", réagit le cofondateur du centre de digitalisation pour tous MolenGeek. Ibrahim Ouassari était l’invité de Matin Première.

"C’est l’arabe qui se perd"

Ibrahim Ouassari connaît bien Molenbeek-Saint-Jean C’est dans cette commune bruxelloise qu’il a implanté MolenGeek avec d’autres entrepreneurs en 2015. Il s’agit d’un lieu d’apprentissage sur les nouvelles technologies, loin des standards traditionnels, proposant un espace partagé de travail, des formations, des événements. Le public, c’est tout le monde, quelles que soient les origines ou le niveau de formation.

Loading...

Le jeune entrepreneur, par ailleurs administrateur chez Proximus, s’étonne des propos de Conner Rousseau : "Quand j’ai lu son interview, elle m’a juste démontré que Conner Rousseau ne connaissait pas Bruxelles […] pas Molenbeek, ne connaissait pas cette réalité à Molenbeek. Le fait de dire qu’il y a des cours qui se donnent en arabe… Chez les jeunes actuellement, c’est l’arabe qui se perd. Nos aînés se plaignent que nos jeunes ne parlent plus arabe parce qu’ils parlent de plus en plus français ou néerlandais." Et d’ajouter que de très bonnes écoles en néerlandais existent dans la commune et qu’une partie de la population est bilingue… Bref les propos de Conner Rousseau sont des "clichés" et des "biais".

Et d’enchaîner : "Il faudrait peut-être lui expliquer que la Belgique, ce n’est pas que la ville de Saint-Nicolas (sa ville de naissance où il est domicilié, ndlr). Bruxelles est la ville la plus diverse au monde après Dubaï. Ce n’est pas Saint-Nicolas".

Ibrahim Ouassari (debout à gauche), cofondateur de MolenGeek.
Ibrahim Ouassari (debout à gauche), cofondateur de MolenGeek. © Tous droits réservés

"Tellement gros"

Ibrahim Ouassari va plus loin en s’interrogeant sur les intentions du président de Vooruit à propos de la "proie facile" que constitue Molenbeek et sur une possible "stratégie" politique sous-jacente. "On est en 2022. C’est tellement gros ce qu’il a dit… ça, je peux l’entendre dans un café du coin… mais de la part d’un chef d’un parti politique, c’est tellement énorme… Je me dis qu’il y a sûrement une raison… Il ne faut pas oublier aussi que Molenbeek est un quartier très commerçant. Il y a des personnes de tout Bruxelles, de toute la Belgique, voire de France et des Pays-Bas qui viennent faire leur shopping à Molenbeek. C’est pour ça que c’est caractérisé maghrébin pakistanais même indien. Il y a un peu de tout. C’est pour ça que c’est super important de connaître ces réalités-là avant de faire des sorties pareilles".

Les propos de Conner Rousseau ont été endossés hier par les socialistes flamands alors qu’ils ont été fermement condamnés par le PS côté francophone.

Plan de relance… pour les "cerveaux"

Après l’épidémie de coronavirus, l’Union européenne est face au défi de la relance économique. Il y a un an, la Commission européenne validait le plan de relance belge, avec 7 milliards d’euros à la clé. "Pour être tout à fait honnête, je ne vois pas cet argent sur le terrain. Mais pour moi, il doit aller dans la formation des gens. Actuellement, l’investissement ne doit pas aller dans des bâtiments, pas dans des machines mais dans les cerveaux pour que les personnes puissent avoir les compétences, pour qu’ils puissent être des plus-values dans notre société", commente Ibrahim Ouassari.

Loading...

Et de pointer les formations réalisées avec succès à MolenGeek, débouchant sur des emplois en entreprises : "Ça fonctionne tellement bien qu’on a même une fuite de cerveaux. Trois Molenbeekois sont à Dublin occupés à travailler pour des grosses compagnies comme Salesforce […] Qu’est-ce qu’on attend pour investir dans la formation adaptée à des personnes qui n’ont pas de background académique comme moi et faire en sorte qu’ils puissent acquérir et créer de la plus-value ici dans notre pays ?".

Or, le plan de relance, ce sont les "échafaudages", avec en toile de fond un chômage s’élevant à 14,9% à Bruxelles et plus d’un jeune de moins de 25 ans sur cinq au chômage. Qu’est-ce qui bloque côté francophone ? "Peut-être un manque d’ambition. Un manque de croyance dans la valeur ajoutée que la population peut vraiment amener, en tout cas ce type de population (issue de la diversité & n’ayant pas un parcours scolaire académique traditionnel, ndlr). Un manque de projection aussi", analyse Ibrahim Ouassari.

Sur le même sujet

Rajae Maouane, co-présidente d’Ecolo à Jeudi en Prime : la sortie du nucléaire, "pas un combat qu’on a abandonné"

Politique

Conner Rousseau & Molenbeek : "C’est moi. C’est ma sœur, ma mère… qui dérangent" réagit la candidate à la coprésidence de Groen Nadia Naji

Politique

Articles recommandés pour vous