RTBFPasser au contenu

Dossier

Meat Loaf : la carrière étonnante d’un petit garçon surnommé "Meat" par son papa

Meat Loaf à la Wembley Arena de Londres en 1994
21 janv. 2022 à 11:125 min
Par Laurent Rieppi

S’il est dans l’esprit du grand public avant tout la voix d"I’d Do Anything For Love", grande ballade rock du début des 90’s, Meat Loaf, décédé ce 20 janvier, était un chanteur de talent et a marqué notamment le rock grâce à sa saga "Bat Out of Hell". Retour sur une carrière exceptionnelle et à succès avec plus de 65 millions d’albums vendus à travers le monde.

Enfance et théâtre

Marvin Lee Aday grandit dans une famille de chanteurs gospel, ce qui va lui donner très tôt le goût pour le chant.

Son père, policier, est alcoolique et sa mère, professeur d’école, passe la plupart de son temps à fouiller les différents bars du coin afin de ramener son mari – sain et sauf – à la maison. Marvin est alors essentiellement élevé par sa grand-mère.

Marvin a le goût du théâtre et joue dans différentes pièces organisées par son école (la Thomas Jefferson High School de Dallas). Cette influence théâtrale restera tout au long de sa carrière en tant que chanteur.

Quand son papa le surnommait "meat/viande"

Meat Loaf, c’est sous ce sobriquet peu flatteur, (qui signifie pain de viande) qu’on connaît mieux ce chanteur qui a cartonné avec ces deux albums Bat Out Of Hell en 1977 et puis, pour la seconde partie Bat Out Of Hell en 1993. Plusieurs explications ont circulé pendant de nombreuses années à propos de ce surnom étonnant mais, en 2016, lors d’un épisode d’un show d’Oprah Winfrey, l’artiste a expliqué la véritable raison.

A sa naissance en septembre 1947, le jeune Marvin est très rouge, très très rouge même, ce qui inquiète les médecins qui le gardent quelques jours supplémentaires en observation. Le père du futur chanteur, pour la plaisanterie, propose qu’on ajoute le surnom "Meat" (viande, en référence à son aspect ultrarouge) sur l’étiquette qui indique son nom dans son berceau à l’hôpital. Ce surnom perdure durant son enfance. Quelques années plus tard, alors qu’il est un jeune ado en surpoids et qu’il joue au football (américain) à l’école, il marche, accidentellement, sur le pied de son coach qui, furax, s’écrie "Vire-toi de mon pied, espèce de gros pain de viande". Pas très sympa, mais le surnom reste et l’artiste l’a toujours totalement assumé, construisant son personnage autour de cela.

Loading...

"Hair", première partie des Who, les débuts

En 1967, à l’âge de 20 ans, il quitte le Texas pour s’installer en Californie à Los Angeles. Là-bas il va rejoindre un groupe qui porte le nom de Popcorn Blizzard.

Cette première formation ne connaît pas le succès mais offre au jeune chanteur l’occasion d’effectuer la première partie de grands noms du rock tels que les Who, les Stooges d’Iggy Pop ou encore de Ted Nugent. Grâce à cette exposition, il se fait embarquer dans l’aventure "Hair" et à l’occasion de jouer dans cette célèbre comédie musicale.

En 1971, il évolue ensuite dans un groupe qui porte le nom de Stoney et qui est plus branché… Funk !

Outre sa grande carrière musicale, Meat Loaf était aussi acteur. Après être apparu dans Rocky Horror Picture Show en 1975, on le verra également interpréter "Tiny" dans Wayne’s World (1992) ou encore celui de Robert "Bob" Paulsen dans Fight Club de David Finsher. Il fera aussi de très nombreuses apparitions dans des séries télévisées, notamment dans la série policière américaine Monk en 2009.

En 1973, il dégote un double rôle dans la comédie musicale Rocky Horror Picture Show à Los Angeles. Puis, son premier moment phare international est son apparition dans le cultissime adaptation cinématographique de celle-ci en 1975. Dans ce film d’horreur/comédie délirant de série B, Meat Loaf incarne Eddie, qui débarque avec sa grosse moto et chante le titre "Hot Patootie Bless My Soul" qui nous donne un avant-goût du personnage qu’il incarnera ensuite, notamment dans sa saga à succès Bat Out Of Hell.

Loading...

Longue gestation de la saga Bat Out Of Hell

Quand sort le film Rocky Horror Picture Show, Meat Loaf travaille depuis un certain temps avec un Jim Steinman à la réalisation d’un album solo.

Steinman s’impose comme quelqu’un de très important dans la carrière de Meat Loaf, car si Meat Loaf est un excellent interprète, ce n’est pas un grand compositeur.

Steinman est le "guide" musical, le compositeur, et Meat Loaf la voix de l’album Bat Out of Hell (ainsi que de ses deux volumes suivants qui sortiront respectivement en 1993 et 2006).

Depuis 72, Meat Loaf et Steinman collaborent donc sur cet important projet et se heurtent rapidement à un gros problème : ils n’arrivent absolument pas à décrire le style musical sur lequel ils travaillent. Les maisons de disques sont méfiantes, elles ne comprennent pas vraiment cette musique sur laquelle on ne peut pas vraiment coller une étiquette.

Steinman décrira plus tard Meat Loaf comme une véritable "encyclopédie musicale ambulante". Le chanteur puise donc dans de très nombreuses sources pour donner ce résultat très particulier, qui devient un nouveau style, unique et indescriptible.

Malheureusement Meat Loaf et Steinman se font rejeter par de nombreux labels puis, finissent par se faire remarquer par Todd Rundgren, qui, outre ses propres projets solos ou avec son groupe Utopia, est également un producteur musical respecté.

Rundgren décide rapidement de leur donner un grand coup de pouce et accepte non seulement de produire l’album mais aussi d’assurer la plupart des parties guitare sur celui-ci.

Il ne reste plus alors qu’à trouver un label. Finalement, c’est le label indépendant Cleveland International Records (grâce au coup de pouce de Steve Van Zandt, guitariste de l’E Street Band de Bruce Springsteen), qui donne sa chance à ce projet musical différent mais très prometteur. Le label n’imagine pas, au moment où il signe ce contrat, que l’album se vendra à plus de 40 millions de copies à travers le monde…

Loading...

Avec cet aspect hyperthéâtral, cette petite touche d’inspiration du fameux Wall of Sound de Phil Spector et un son très inspiré du Born To Run de Springsteen, Meat Loaf et Jim Steinman trouvent la formule du succès.

Si d’autres albums de Meat Loaf sortiront en dehors de la saga Bat Out of Hell, c’est celle-ci qui restera à jamais associée au chanteur.

Le volume 2 sorti en 1993 et réalisé avec la même équipe marquera aussi profondément la scène musicale rock à sa sortie. C’est sur celui-ci qu’on retrouve l’inoubliable "I’d Do Anything For Love (But I Won’t Do That)", une des meilleurs "power ballads" du rock des 90’s qui est alors diffusée en boucle sur MTV.

Loading...

Braver Than We Are : la dernière collaboration Meat Loaf/Jim Steinman

C’est en 2016 que sort Braver Than We Are, la dernière collaboration entre Meat Loaf et Jim Steinman et le douzième et dernier album du chanteur.

Pour ce dernier projet musical, le duo a l’occasion de travailler à nouveau avec les chanteuses Karla DeVito et Ellen Foley qui étaient présentes sur le premier volet de Bat Out of Hell ou encore de collaborer avec Stephen Stills sur un titre.

Jusqu’à la fin de sa vie, Meat Loaf ne cessera de se produire sur scène, si sa voix n’était plus celle de ses débuts, il a toujours réussi à l’adapter et à proposer des shows de qualité.

Cette voix, ce grand sens de la théâtralité, ce goût aussi pour le kitsch et l’autodérision continue aujourd’hui d’influencer de nombreux musiciens de la scène rock et metal.

2016 Debra L Rothenberg/Getty

Sur le même sujet

31 janv. 2022 à 08:01
1 min
25 janv. 2022 à 08:53
1 min

Articles recommandés pour vous