Me Eskénazi, l'avocat de Mohamed Abrini, s'exprime pour la première fois

Mohamed Abrini, en compagnie de Salah ABdeslam
08 juil. 2016 à 05:00Temps de lecture2 min
Par RTBF

Trois mois que Mohamed Abrini, l'homme au chapeau de l'attentat de Zaventem, est en détention. Et pendant toute cette période, jamais son avocat ne s’était encore exprimé publiquement.

Mais aujourd’hui, maître Eskénazi a choisi de sortir du silence. Et s'il ne dira rien ni sur le fond du dossier, secret d'instruction oblige, ni sur la personnalité de son client, secret professionnel oblige, la question du mandat d'arrêt européen rendu exécutoire pose selon lui question.

Car Mohamed Abrini est également soupçonné d’avoir apporté une aide logistique pour les attaques de Paris en novembre 2015 et peut donc désormais être remis aux autorités françaises. Ce ne sera pas pour tout de suite car les conditions restent à préciser mais le transfèrement en France est de l'ordre du possible.

Important qu'Abrini soit jugé Belgique

Au micro de la RTBF, le conseil juridique d'Abrini a expliqué les raisons pour lesquelles selon lui Mohamed Abrini devrait tout de même être jugé chez nous, à la fois pour sa participation aux attentats de Bruxelles mais aussi pour les attentats de Paris: "La France peut toujours renoncer à exécuter le mandat d'arrêt européen pour que monsieur Abrini soit jugé en Belgique, pour les faits français et pour les faits belges. L'objectif d'un procès c'est d'obtenir des explications, de comprendre, et d'éventuellement condamner. Et cet objectif peut être atteint en France comme en Belgique. Et les participations qu'on lui reproche pour la France trouvent leurs points de départ presque tous en Belgique. Si maintenant la France condamne monsieur Abrini, la Belgique ne pourra que constater, le jour du procès belge, que la peine aura déjà été prononcée dans un dossier qui est uni par une même unité d'intention. Et donc la Belgique ne pourra que renvoyer à cette peine. Cela donnera l'impression que l'un des deux procès sera finalement accessoire puisque la peine aura déjà été décidée avant".

Pourquoi défendre Mohamed Abrini ?

Spécialiste en droit...fiscal et commercial, la raison principale qui l'a poussé à défendre Mohamed Abrini est claire: "Je suis Bruxellois et foncièrement Belge. Ces jeunes viennent de nos entrailles et il y a un discours qui a percuté chez eux. Y'a donc quelque chose à trouver derrière et j'aimerais bien le comprendre."

Pas étonnant dès lors qu'à côté des manuels de droit fiscal, des livres sur le radicalisme et l’extrémisme s’entassent dans la bibliothèque de l'avocat bruxellois.