Mawda était à l'avant de la camionnette prise en chasse lorsqu'elle a perdu la vie

Mawda était à l'avant de la camionnette prise en chasse lorsqu'elle a perdu la vie

© © Tous droits réservés

01 août 2018 à 16:00 - mise à jour 01 août 2018 à 16:00Temps de lecture1 min
Par Fabrice Gerard

Le rapport balistique dans l'enquête sur la mort de Mawda Shawri confirme un certain nombre d'éléments que l'on savait déjà : c'est une seule balle, en pleine tête, qui a provoqué la mort de la petite kurde de deux ans. Une balle tirée depuis un véhicule de police qui, dans la nuit du 17 mai dernier, avait pris en chasse sur l'autoroute E42 la camionnette dans laquelle se trouvait Mawda, son frère et ses parents, ainsi qu'une vingtaine de migrants faisant route vers l'Angleterre.

Pas d'impact de balle retrouvé dans l'habitacle

Lorsque le policier a tiré, le voiture de police se trouvait à gauche de la camionnette. La balle, un calibre 9 millimètres, a brisé les deux vitres avant de l'utilitaire, avant de poursuivre sa trajectoire à l'extérieur de l'habitacle. Ce qui explique qu'on ait pas retrouvé d'impact dans la camionnette. 

Du sang de la petite fille sur le tableau de bord

Les experts en balistique ont aussi retrouvé du sang de Mawda sur le tableau de bord de la camionnette. Raison pour laquelle ils soutiennent l'hypothèse selon laquelle la petite fille se trouvait à l'avant du véhicule au moment où le drame s'est produit.

Des conclusions qui qui vont être soumises dans les prochains jours aux différents protagonistes du dossier : les parents de Mawda, la policier incriminé, qui n'est pas inculpé à ce stade de l'instruction, ainsi que le chauffeur présumé de la camionnette, un Irakien de 25 ans interpellé en Angleterre et qui doit être remis prochainement aux autorités judiciaires belges.

Articles recommandés pour vous