Cyclisme

Mauro Gianetti, patron d’UAE : "Pogacar fait partie de la catégorie des Merckx, Hinault, Indurain"

06 mars 2022 à 06:00Temps de lecture2 min
Par Giovanni Zidda avec Kevin Paepen

Saison après saison, course après course, Tadej Pogacar épate tous les observateurs du monde du vélo. Les spectateurs, les journalistes, les coureurs et même le staff de l’équipe UAE Emirates qui a semble-t-il décroché la perle rare. Vainqueur en démonstration aux Strade Bianche grâce à une attaque en solitaire à 50km de l’arrivée, le Slovène a une fois de plus impressionné le patron de son équipe le Suisse Mauro Gianetti.

"Il est parti comme ça, on ne sait pas vraiment pourquoi, il nous a fait peur"

"Tadej est incroyable. A 50 km de l’arrivée, il a vu la situation et il est parti. On ne sait pas vraiment pourquoi ! Il nous a fait un peu peur car le peloton était encore assez volumineux avec des équipes qui disposaient de plusieurs coureurs. Ce qu’il a fait, c’est quelque chose de vraiment impressionnant", a déclaré le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 1995 au micro de Kevin Paepen.

"C’est la beauté de ce coureur, la beauté du cyclisme. Même s’il avait été rattrapé dans le final, il aurait encore fait de grandes choses et donné du spectacle jusqu’au bout. C’est impressionnant. Il nous surprend à chaque fois. On sait que c’est un grand champion mais quelque chose comme aujourd’hui, c’est quand même quelque chose d’extraordinaire. Il a une sérénité… il n’a pas peur. Il fait tout ça si facilement."

Pogacar après sa victoire aux Strade Bianche : "J'ai cru plusieurs fois qu'ils me rattraperaient, mes énergies diminuaient"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Pour le moment, tout ce qu’il a fait, il l’a réussi"

Interrogé en matinée lors du départ de la course, Gianetti avait refusé toute comparaison avec les grands coureurs du passé. Après l’arrivée, il était bel et bien obligé de changer de discours. "Ce qu’il a fait, est-ce Merckxien ? Il y a eu des grands coureurs. Il y a eu Bernard Hinault, des Miguel Indurain… il fait partie de cette catégorie de coureurs. Ce sont des phénomènes. Il adore attaquer et passer en force. On a vu qu’il pouvait être protagoniste sur tous les terrains. On va voir ce qu’il pourra faire au Tour des Flandres. Pour le moment, tout ce qu’il a fait, il l’a réussi", constate encore Gianetti.

Et la moisson 2022 ne fait sans doute que commencer pour Tadej Pogacar, vainqueur de l’UAE Tour la semaine dernière et déjà prêt à en découdre sur Tirreno-Adriatico avant Milan-Sanremo, le Tour des Flandres, les Ardennaises et le Tour de France. Tous des objectifs dans ses cordes tant il semble surclasser ses rivaux.

"Il y a moins de vagues dans les pics de forme qu’avant", analyse Gianetti en répondant une question sur la durée de l’état de forme de Pogacar. "Il a un niveau très haut et il arrive à le maintenir et le gérer très bien avec ses entraîneurs grâce aux bons repos après les courses", explique-t-il pour conclure son intervention à notre micro.

Articles recommandés pour vous