RTBFPasser au contenu

Massive Attack, millefeuille explosif à l'Ancienne Belgique !

Massive Attack, millefeuille explosif à l'Ancienne Belgique !
10 sept. 2014 à 07:472 min
Par François Colinet

C’est, en effet, l’ambiance des très grands soirs qui règne dans le hall d’entrée et aux abords du bar. Difficile de se frayer un chemin jusqu’à l’ascenseur ! Il faut dire que le public présent savoure sa chance. Massive Attack, groupe mythique des années 90, précurseur du mouvement trip hop, s’arrête à Bruxelles, dans une salle à taille humaine, avec pour seule ambition de venir jouer une collection de tubes. Voilà une promesse qui en a fait saliver plus d’un et qui a permis de vendre les billets en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, malgré leur coût peu démocratique. (Près de 60 € tout de même !)

Enveloppé pour traverser l’orage

Ce soir, on est en mode curieux. Pas vraiment spécialiste du groupe de Bristol, même si on a suivi de loin leur succès passé, on vient pour prendre l’ampleur du phénomène et se rappeler au bon souvenir de quelques excellentes vibrations. Le moins que l’on puisse écrire, c’est que l’on ne regrette pas le voyage ! Lorsqu’ils arrivent enfin sur le coup de 21h, la tension est déjà bien palpable dans une foule très compacte. Aux deux extrémités de la scène, deux batteries. Et au centre, deux jeux de claviers entourés d’une multitude de boutons, qui permettront un flot incessant de lumières stroboscopiques et autres effets.

D’emblée, l’ambiance est lourde, noire, puissante. Les basses et les beats électroniques vous prennent le ventre. On rentre dans une bulle aux multiples couches sonores qui, au premier abord, semble froide et distante. Les stars du soir sont très peu bavardes. Le contact avec le public est inexistant. Mais, peu à peu, la machine monte en puissance et les boucles sonores nous emportent tandis que les artistes deviennent plus chaleureux.

Stimuler les sens et les consciences

Ce groupe, qui ressemble fort à un collectif d’une dizaine de personnes, a plein d’atouts dans sa manche. À commencer par un visuel époustouflant. Il ne propose pas de show démesuré mais utilise à merveille un écran central qui diffuse des images, des pictogrammes, des messages énigmatiques et des slogans, pendant toute la durée du concert. Ceux-ci sont même adaptés à la réalité linguistique de notre pays en offrant régulièrement des versions en français et en néerlandais !  Cette présence visuelle va véritablement apporter un plus, en simulant constamment notre œil et notre curiosité. Dommage que notre position excentrée nous cache la moitié des écrans.

Autre atout très agréable, ce changement permanent de chanteur ou chanteuse qui permet d’apprécier les morceaux selon leur tonalité plus ou moins dynamique. Par exemple, le magnifique Teardrop interprété par une Martina Topley Bird maquillée d’un masque et moulée dans un pantalon à la mode boule à facettes. On soulignera aussi l’entêtant Angel et son crescendo d’une force rare ou l’imparable Unfinished sympathy qui clôturé, tout en sensualité, une soirée aussi plaisante que remuante !

François Colinet

 

Massive Attack : Teardrop

Massive Attack - Teardrop

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous