RTBFPasser au contenu
Rechercher

Masque obligatoire dans la commune de Hotton : "Il faut aussi protéger les petits villages", défend le bourgmestre

Masque obligatoire dans la commune de Hotton: "Il faut aussi protéger les petits villages", défend le bourgmestre
28 juil. 2020 à 09:52 - mise à jour 28 juil. 2020 à 09:52Temps de lecture2 min
Par Arnaud Pilet

La commune d’Hotton impose le masque sur tout le territoire, petits villages compris. Pour le bourgmestre Jacques Chaplier (Liste EC), la mesure est plus lisible pour les citoyens et les touristes. Elle permet aussi de protéger tout le monde et pas uniquement les centres les plus fréquentés.

"Tout le monde est d’accord pour dire que la situation évolue défavorablement non ? insiste Jacques Chaplier, le bourgmestre d’Hotton. Et nous sommes la deuxième commune la plus touchée de notre zone de police même si on ne peut pas parler de chiffres particulièrement inquiétants… Donc pour moi, il faut imposer le masque partout pour protéger tout le monde et pas uniquement les centres". Le bourgmestre d’Hotton impose donc le masque sur tout le territoire et préfère simplifier la mesure plutôt que de définir "rue par rue" des zones avec des traitements différents.


►►► À lire aussi : Plus de 240 communes avec zéro cas, la moitié des contaminations en province d’Anvers, mais plusieurs foyers : où le coronavirus augmente-t-il ?


Un message plus simple qui s’applique à tous

Le bourgmestre insiste sur la nécessité d’avoir un message simple et compris par tout le monde, qu’il soit citoyen d’Hotton et de ses villages ou bien touriste d’un jour : "On va installer aujourd’hui et demain des panneaux à l’entrée des villages, dans les zones les plus fréquentées par les touristes pour bien leur faire comprendre que la mesure est généralisée et franchement, si certaines rues étaient avec masque obligatoire, puis la suivante non, puis la suivante bien… Et bien les gens auraient bien du mal à suivre. Et nous insistons aussi évidemment sur toutes les autres mesures et gestes barrière sinon cela ne sert à rien".

Pour Jacques Chaplier, la crainte d’une deuxième vague, qui pénaliserait encore une fois les gens mais aussi l’économie et le tourisme, justifie une telle mesure alors que "notre secteur médical est encore fatigué des efforts réalisés lors du premier épisode épidémique". Et puis "il n’y a pas qu’Anvers ! Durant les derniers mois, nous avons eu trois familles touchées par le virus, dans un même village de la commune alors qu’elles ne se fréquentent pas. C’est une situation qui m’avait interpellée à ce moment-là et je préfère protéger tout le monde, même dans les zones les moins denses parce qu’il n’y a pas de raison qu’on impose des règles dans les villages ou villes fortement peuplés et qu’on ne protège pas de la même manière les zones les plus rurales. On peut aussi être malade là-bas !".

D'autres communes, parfois rurales

Ce lundi, les communes de Courcelles et d’Estaimpuis ont aussi imposé le masque. Et en 24 heures, d’autres entités ont emboîté le pas comme Seraing, Andenne, Waremme mais aussi Aubange, autre commune de la province de Luxembourg qui vient de décider d'imposer le masque sur tout le territoire communale et d'interdire les rassemblements de plus de 5 personnes.

Extrait de la conférence de presse du Conseil national de sécurité du 23/07/2020 à propos du port du masque

Coronavirus en Belgique : masque obligatoire, contrôles renforcés et mesures complémentaires

Conférence de presse du Conseil national de sécurité du 23/07/2020

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous