RTBFPasser au contenu
Rechercher

Athlétisme

Martin Clobert, marathonien et malvoyant : "Le problème, c’est que mon handicap ne se voit pas"

Martin Clobert a 29 ans. Il est kinésithérapeute et marathonien, affilié à la Ligue Handisport depuis un an. Sa particularité ? Il est malvoyant. La difficulté qu’il rencontre ? Son handicap ne se voit pas. Mais après de longues années de déni, Martin a trouvé sa liberté dans la course à pied. Rencontre.

Martin n’est pas né avec ce problème aux yeux, c’est aux alentours de ses dix ans qu’on lui diagnostique une maladie orpheline. Mais ce n’est que vers l’âge de 18/19 ans qu’il apprend que la médecine ne pourra rien faire pour régler son problème, un élément déclencheur pour lui. Jusque-là, pas question de parler de son handicap, il continue le basket et continue à vivre le plus normalement possible. Avec le déclic médical, vient le déclic sportif. Il pousse la porte du handisport, alors que jusque-là, il ne voulait pas entendre parler de sports adaptés. Il découvre d’abord le cécifoot, avant de se mettre à la course à pied et au marathon, quelques années plus tard.

Et c’est dans cette discipline qu’il trouve sa liberté, une discipline dans laquelle il excelle, malgré les difficultés. Auteur d’un chrono de 2h48 sur marathon, il est repéré par la Ligue Handisport par laquelle il est soutenu depuis 2021.

Courir, Martin est capable de le faire seul. C’est l’un des seuls sports où il peut avoir cette liberté presque totale. Les difficultés qu’il rencontre résident plus dans le fait qu’il ne peut pas lire la signalisation en course (lors de son premier marathon, Martin a manqué une bifurcation qui a raccourci sa course de trois kilomètres…) ni les informations sur sa montre à l’entraînement et en compétition, c’est dans ces cas-là qu’il peut avoir besoin de quelqu’un pour l’aider. Il peut parfois avoir du mal à dissocier des éléments qui n’ont pas suffisamment de contraste sur son parcours, des poteaux gris sur du béton, des escaliers monochromes. Mais dans son terrain de jeu habituel à Namur, Martin court presque sans risque et en toute liberté. C’est là que nous l’avons rencontré. Une histoire touchante, une leçon de vie inspirante.

Articles recommandés pour vous