RTBFPasser au contenu

La couleur des idées

Marie Robert, philosophe et professeure, offre un nouveau visage à la philosophie

Marie Robert, philosophe et professeure, offre un nouveau visage à la philosophie
26 nov. 2021 à 13:17 - mise à jour 16 déc. 2021 à 13:022 min
Par Tania Markovic et Simon Brunfaut

Traduite dans 15 pays, Marie Robert offre un nouveau visage à la philosophie.
Depuis ses deux premiers succès, "Kant tu ne sais plus quoi faire…" et "Descartes pour les jours de doute", elle anime un podcast et une page Instagram, tous les deux très suivis, intitulés "Philosophy is Sexy". En 2020 elle publie son premier roman "Le Voyage de Pénélope, une odyssée de la pensée" (Flammarion), un récit initiatique avec comme personnage principal non plus Ulysse comme chez Homère mais bien Pénélope, personnage en arrière-plan dans "l’Odyssée" où elle attend désespérément le retour de son époux. Ici Pénélope est le personnage principal, une femme de 35 ans qui décide de tout quitter, travail, amour, ville, pour voyager afin de redonner un sens à sa vie. L’objectif de son voyage est de se rendre à Ithaque, en Grèce, sur les traces d’une autre Pénélope, celle d’Homère donc…

 

Marie Robert nous raconte son premier contact avec ce texte fondateur qu’est l’Odyssée. Aux alentours de ses onze ans, une professeure présente à sa classe un extrait dans lequel Ulysse est tiraillé, en proie aux doutes. Marie Robert trouve cela extraordinaire :

Quand on est enfant la littérature que l’on nous donne nous met face à des personnages – notamment dans les contes de fées – très tranchés, qui savent prendre des décisions. En lisant ce passage de l’Odyssée, j’ai trouvé incroyable le fait d’être face à un personnage qui doute."

J’aime les gens qui doutent…

Loading...

 

 

Pour Marie Robert le doute est vital, permettant de mettre les choses en perspective.

On préfère avoir des certitudes, c’est bien plus rassurant, et pourtant l’expérience du doute permet d’aller chercher la cohérence. On cite souvent Descartes, le "je pense donc je suis". On a tendance à oublier que Descartes écrit "si je doute, je pense, et si je pense, je suis". Pour bien agir et agir avec cohérence, il faut avoir douté ! 

Ce que permet la littérature

Après "Le Voyage de Pénélope, une odyssée de la pensée", Marie Robert publie en ce mois de novembre "Le Voyage de Pénélope, les chemins du possible" . On y retrouve le même personnage qui découvre d’autres villes. Marie Robert est philosophe et professeure de philosophie, pourtant elle a choisi la forme romanesque. On l’interroge : le roman permet-il quelque chose que l’essai philosophique ne permet pas ? Marie Robert confie préférer l’exercice de l’écriture narrative plutôt qu’analytique. Par ailleurs elle est convaincue que lire des romans permet de s’approprier un personnage et donc de se confronter à des expériences de vie. "En lisant Madame Bovary par exemple on se demande ce qu’on ferait dans la même situation".

Lors d’un entretien, Marie Robert a confié avoir lu plus de littérature que de philosophie. Un de ses textes phare est "Les contes des mille et une nuits".

Je ne sais pas à combien de nuits j’en suis dans ma lecture des Mille et Une Nuits. Je suis tellement captivée par ces contes que je ne parviens plus à les détacher les uns des autres.

Marie Robert nous explique que Shéhérazade et Pénélope ont quelque chose en commun : jour après jour, Pénélope tisse sa tapisserie puis défait son ouvrage, nuit après nuit Shéhérazade raconte des histoires, toutes les deux ont cette mise en mouvement pour continuer à vivre.

Un entretien mené par Simon Brunfaut à écouter ci-dessous ce samedi 27 novembre dès 11 heures.

La couleur des idées

Marie Robert

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous