RTBFPasser au contenu

Regions

Mariages 2022 : le rush après les reports

Mariages 2022 : le rush après les reports

Après deux saisons compliquées, les mariés sont confiants et déterminés à ne pas à nouveau reporter leur union et face à un contexte qui semble plus stable, les demandes sont nombreuses. Résultat : beaucoup de prestataires sont débordés.

Jennifer Rommes fait partie de ces mariés qui ont reporté plusieurs fois le grand jour. Pour elle, plus question d’attendre. "Ça a été pas mal de stress, de réorganisation […] mais on a de la chance, on a de merveilleux prestataires et cette fois-ci, il n’y aura pas de report, je suis optimiste et je me dis que ça va aller !" se réjouit la jeune femme.

"J’ai des personnes qui viennent au mois de janvier pour se marier en février"

Aujourd’hui, les prestataires ressentent de plus en plus de détermination chez les mariés. Cette année, Sara Roces Buelga, créatrice de robes de mariée à Liège, doit gérer les reports, mais s’ajoutent aussi des demandes de dernière minute. Elle qui au départ crée toutes ses robes sur-mesure, doit s’adapter.

"Ici j’ai des personnes qui viennent au mois de janvier pour se marier en février. Du coup, on change le concept et on s’adapte. On fait rentrer des collections d’autres créateurs parce que moi je ne peux pas tout confectionner seule […] C’est une année de challenges, qui commence très très tôt" affirme la créatrice.

Dans les salles, la saison débutera plus tôt

Du côté des salles aussi, 2022 sera une année chargée. En termes de dates, mais aussi de gestion.

Au château de Florzé, 35% des mariages sont des reports de 2020 et 2021. Pour répondre à la demande, le premier mariage se tiendra trois semaines plus tôt que d’habitude, mais il faut aussi gérer certains changements. L’agenda reste moins stable qu’avant la crise.

"J’ai déjà cinq ou six cas où l’évolution de la vie fait qu’on ne veut plus se marier. Certains ont eu un enfant, d’autres ont acheté une maison et n’ont plus le budget mariage ou se sont même séparés " raconte Marie-Pierre Neven, la propriétaire de la salle.

Malgré cela, l’avenir s’annonce bien. Chaque week-end, le château compte une dizaine de visites pour l’an prochain. Les réservations 2023 sont déjà bien lancées.

 

Sur le même sujet

17 nov. 2021 à 18:40
1 min
09 oct. 2021 à 18:29
2 min

Articles recommandés pour vous