L'agenda Ciné

"Maria rêve", une comédie romantique de Laurianne Escaffre et Yvonnick Muller avec Karin Viard et Grégory Gadebois à voir au cinéma

© Copyright Julien Panié

27 sept. 2022 à 04:00Temps de lecture2 min
Par L'Agenda Ciné

L’art de vivre

Maria vit une vie tranquille depuis 25 ans auprès de son mari Oratio d’origine portugaise, ouvrier du bâtiment. Son train-train quotidien est tout à coup bousculé quand la dame, chez qui elle travaillait comme femme de ménage depuis des années, meurt. Après avoir été congédiée et avoir reçu, vite fait bien fait, de la fille de la défunte une petite statue représentant un pigeon en guise de remerciement, Maria s’en va chercher une nouvelle place. Sans trop attendre, elle est embauchée à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Un peu perdue, elle doit s’habituer à travailler en équipe, s’orienter dans ce vaste bâtiment chargé d’histoire et ne pas prendre les créations des étudiants comme des choses oubliées là, pour être jetées ou nettoyées !

Heureusement pour réparer ses bourdes, elle peut compter sur l’incontournable et l’indispensable Hubert, le gardien de l’école, véritable homme à tout faire, qui sous ses allures bourrues cache des trésors de bienveillance.

D’abord intimidée, puis intriguée par ce monde de l’art auquel elle est complètement étrangère et qu’elle côtoie tous les jours un balai ou un chiffon à la main, Maria va petit à petit s’y aventurer …  

Copyright Julien Panié

Un nouveau dép’art

Maria rêve, c’est la rencontre de deux mondes qui a priori n’ont pas grand-chose à se dire et à faire ensemble : celui des agents d’entretien, et celui des artistes.

Et pourtant, semble nous dire le film, on est tous fichus pareils, on a tous un imaginaire, un pouvoir créatif … la question est de savoir ce que l’on en fait et ce qui nous empêche de nous en servir. Il y a certes ceux qui se plongent corps et âme dans la création comme ces étudiants que Maria croise tous les jours dans l’école. Mais tout à chacun, à sa mesure, a les moyens de s’évader, de s’élever pour un moment, grâce à l’art.

Et c’est ce que va expérimenter Maria, notamment grâce à cette étudiante (qu’interprète la toujours très juste Noée Abita) qui va l’embarquer et l’impliquer (parfois par accident !) dans la réalisation de ses travaux. Hubert aussi, avec son air de ne pas y toucher, va la pousser là où elle n’aurait jamais osé aller.

Copyright ADNP.TF1 STUDIO.FRANCE 3 CINEMA

Dare d’art

Rien de compassé ou de condescendant dans Maria rêve. Bien au contraire. Avec une tendresse infinie pour tous leurs personnages, Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller, dont c’est le premier long-métrage, ont habillé cette comédie romantique d’une poésie et d’un humour (parfois gentiment moqueur) du plus bel effet, exploitant à merveille les espaces et l’architecture de cette prestigieuse École des Beaux-Arts.

Karin Viard en femme lunaire et maladroite et Grégory Gadebois en gardien bourru et fantasque (déjà tête d’affiche dans Pile poil, le court métrage multi récompensé de Laurianne Escaffre et Yvonnick Muller) sont justes formidables. Leur indéniable complicité à l’écran ajoutant au charme déjà plus qu’évident du film.

Ce récit d’une émancipation par l’art qui voit Maria sortir de sa coquille et se découvrir des envies d’autres choses nous déclare joliment qu’il est bon de s’émerveiller, d’être curieux, et qu’il n’y a pas d’âge pour aimer et tomber amoureux !

Alors soyez curieux, courez voir Maria rêve !

Articles recommandés pour vous