RTBFPasser au contenu

Marche pour le climat: 7500 manifestants à Bruxelles

Marche pour le climat: 7500 manifestants à Bruxelles
21 févr. 2019 à 12:08 - mise à jour 21 févr. 2019 à 18:092 min
Par Caroline Hick

Pour des milliers d'étudiants, c'est devenu le rendez-vous du jeudi. "La marche pour le climat" a à nouveau rassemblé des élèves des trois régions du pays. A 13h, le cortège a tenté de s'élancer depuis la gare du Nord de Bruxelles mais l'hystérie provoquée par la venue de la jeune Suédoise Greta Thunberg, figure de proue du mouvement, a compliqué les choses.

La folie Greta

Greta Thunberg a rejoint la mobilisation juste au moment où le cortège s'élançait. Son apparition a provoqué l'hystérie. "J'ai envie de pleurer", a même dit une jeune manifestante. Entourée de caméras, preneurs de son et autres journalistes, l'adolescente ne savait plus où donner de la tête. "Pour nous, c'est important que Greta vienne car si elle a choisi la Belgique, c'est qu'elle voit que la mobilisation est importante", souligne une jeune étudiante venue spécialement de Liège pour l'occasion.

Scandant leur fameux slogan "plus chauds que le climat" ou "one solution, the revolution" (une seule solution, la révolution), des élèves de l'enseignement primaire, secondaire ou des étudiants du supérieur ont réclamé une politique climatique plus ambitieuse.

Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) était aussi présent. Le climatologue belge soutient les manifestants car "les jeunes et le Giec sont plus forts ensemble. Greta, Adélaïde et Anuna ont réussi à mettre les adultes devant leurs responsabilités en leur demandant ce qu'ils font avec leur avenir. C'est plus difficile à éviter que les rapports du Giec", a-t-il estimé. La jeune suédoise avait elle-même dit ce matin que le monde politique devait écouter les scientifiques.

"Une mobilisation incroyable"

En fin de parcours, les discours se sont terminés avec l'intervention de Greta Thunberg, ovationnée avant même d'avoir eu le temps de prendre la parole. Chaque mot était applaudi par les milliers de marcheurs venus l'écouter. Elle a qualifié la mobilisation belge d'"incroyable" et a assuré aux manifestants qu'ils ne changeaient pas le monde mais le sauvaient.

À 17h00, Greta Thunberg et les cheffes de file du mouvement Youth for Climate en Belgique, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever et Kyra Gantois, ont donné une conférence de presse à la Tour du Midi. Le front composé de Youth For Climate, Students For Climate, Teachers for Climate et Workers For Climate y a exposé ses ambitions pour la "grève mondiale" du 15 mars. "Il n'y a pas que les jeunes qui doivent se mobiliser. Ceci est un appel à tous les militants à se mobiliser, à soutenir le mouvement et à déposer un préavis de grève pour pouvoir y participer", a déclaré un porte-parole de Workers for Climate.

"Nous appelons les syndicats, comme toute la société, à nous rejoindre", a souligné un représentant de Students For Climate. Le lien avec les syndicats lui semble évidement étant donné que le front commun exige une politique climatique "socialement juste". "C'est une bataille pour notre futur et les syndicats devraient être à nos côtés." "Nous voulons que le 15 mars soit un gigantesque succès", a souligné un représentant de Teachers for Climate. "La tâche des professeurs est de conscientiser et aider les jeunes à changer le monde."

En Belgique, diverses actions seront organisées à l'occasion de cette grève mondiale. Le front commun appelle à des actions locales le matin, avant une grande marche dans la capitale l'après-midi.

 

Climat : Greta Thunberg venue soutenir les étudiants belges

JT 13h

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous