Belgique

Marc Tarabella est-il influencé par le lobby des brasseurs européens ?

© AFP / Belga

Début 2022, le Parlement européen débat autour d'un rapport qui vise à lutter efficacement contre le cancer. Il s'agit du rapport "BECA", pour Beating Cancer. En français, la lutte contre le cancer. Le texte s'attaque notamment à l'une de ses causes : la consommation d'alcool. Mais à la surprise générale, de nombreux eurodéputés vont ouvertement soutenir l'industrie alcoolière, comme la députée européenne Anne Sander (PPE) : "Non au zéro alcool. Le vin et la bière font partie de l'art de vivre dans nos campagnes."

Anne Sander, eurodéputée PPE (démocrates-chrétiens) : "Non au zéro alcool. Le vin et la bière font partie de l'art de vivre dans nos campagnes."
Anne Sander, eurodéputée PPE (démocrates-chrétiens) : "Non au zéro alcool. Le vin et la bière font partie de l'art de vivre dans nos campagnes." © Tous droits réservés

L'émission #Investigation enquête depuis plusieurs mois sur les liens entre l'industrie de l'alcool et la politique. Plusieurs amendements votés par les parlementaires ont déforcé la lutte contre le cancer et avantagé les alcooliers. Comme un amendement qui vise à préserver le parrainage d'événements sportifs par des marques de boissons alcoolisées. Habituellement, il s'agit du terrain de chasse des plus grands brasseurs. Le socialiste Marc Tarabella fait partie des eurodéputés ayant soutenu ce parrainage d'événements sportifs. #Investigation l'a interrogé à ce sujet, en novembre dernier. 

Marc Tarabella, PS, député européen S&D : "Il vaut beaucoup mieux être dans l'éducation et dire aux jeunes qu’un verre de bière après une victoire, ça fait du bien."

"La publicité par le brasseur, elle permet aux clubs de survivre. Ne les tuons pas, ne les mettons pas en difficulté. Il vaut beaucoup mieux être dans l'éducation et dire aux jeunes qu’un verre de bière après une victoire, ça fait du bien."

- Est-ce que c'est bon pour la santé, un verre de bière?

"Mais je vous retourne la question est-ce que c'est bien un verre de soda hyper sucré? Et donc oui, un verre de bière, à mon avis, c'est pas mal. Peut-être deux."

Des déclarations qui vont à l'encontre de la position de son groupe parlementaire, le S&D, et surtout de la science, qui affirme que toute consommation d'alcool présente un risque pour la santé.

En y regardant de plus près, on constate que Marc Tarabella est membre du Club de la bière du Parlement européen, une association qui regroupe 60 eurodéputés, tous groupes politiques confondus. Ce club, le voici :

Le Club de la bière du Parlement européen, à quelques pas seulement du Parlement.
Le Club de la bière du Parlement européen, à quelques pas seulement du Parlement.

Il est situé à quelques pas seulement du Parlement. Pourtant, sur place, vous n'y trouverez aucun eurodéputé.

Nous nous y rendons pour tenter d'entrer en contact avec un responsable : 

- Bonjour, je vous ai contacté il y a plusieurs mois. Je cherche un responsable du club de la bière du parlement européen mais il semblerait que je sois chez les Brasseurs Européens. C'est la même chose?

Réponse dans le parlophone : "Nous mettons à leur disposition un secrétariat, mais ce n'est pas la même chose, non."

Des liens très étroits

Ici, pas d'eurodéputés, donc, mais bien le lobby des brasseurs européens qui défend les intérêts de multinationales comme AB InBev, Heineken ou Carlsberg, un lobby qui organise pour les membres du club de la bière, des repas bien arrosés, des rencontres avec l'industrie ou des visites de brasseries. Pour l'eurodéputé Daniel Freund (Les Verts), ces liens très étroits entre monde politique et industriels représentent un réel danger pour la démocratie.

L'eurodéputé Daniel Freund (Les Verts).

"Ici on se demande si c'est vraiment l'initiative de certains députés ou si ce n'est pas plutôt l'initiative du lobby qui s'est constitué un groupe d'amis, des députés qui, il le sait, sont généralement en sa faveur. Donc les premiers qu'il contacte quand il veut soumettre un amendement, quand il veut influencer un certain vote, voilà, c'est les amis. Et il leur donne soit des événements, soit de la visibilité, ou encore d'autres choses qui les aident, et pour ça, ils l'aident en retour."

Certains votes sur le rapport pour la lutte contre le cancer sont d'ailleurs très troublants car 51 des 60 eurodéputés membres du Club de la bière, dont Marc Tarabella, ont voté en faveur des brasseurs. Le socialiste se défend cependant d'avoir été influencé :

Marc Tarabella, eurodéputé S&D : "Je n'ai pas eu besoin d'aller dans ce club pour avoir ma position."
Marc Tarabella, eurodéputé S&D : "Je n'ai pas eu besoin d'aller dans ce club pour avoir ma position." © RTBF

"Si vous faites partie d'un club d'amateurs de bière, forcément vous êtes plus enclin à dire favorisons-la," concède-t-il, "y compris de manière raisonnée. Moi, je n'ai pas eu besoin d'aller dans ce club pour avoir ma position et ils n'ont pas eu besoin de m'envoyer des mails que je n'ai pas reçus d'ailleurs. Ma position, elle est faite par la pratique de terrain."

Jusqu'où peut aller l'influence des lobbys dans les coulisses du Parlement européen ?
Jusqu'où peut aller l'influence des lobbys dans les coulisses du Parlement européen ? © RTBF

Au sein des institutions européennes, d'autres groupes réunissent des eurodéputés autour du vin ou des spiritueux. Des relations entre la politique et les industriels de l'alcool qui, à la lumière du Qatar Gate, posent aujourd'hui encore plus de questions.

L'enquête complète consacrée à l'alcool sera diffusée en janvier prochain, dans l'émission #Investigation. 

Qatargate : le député européen Marc Tarabella a-t-il été influencé (sujet JT 13/12/2022)

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous