Manhattan Lockdown : le plaisir d'un bon polar

Manhattan Lockdown : le plaisir d'un bon polar

© Copyright 2019 Concorde Filmverleih GmbH

07 janv. 2020 à 02:00Temps de lecture1 min
Par L'Agenda Ciné

Au fond d’un restaurant de Manhattan se trouve planquée une réserve de cocaïne que deux voleurs, Ray et Michael, sont venus rafler. Surpris en pleine action par une patrouille de flics, les deux malfrats réussissent à prendre la fuite après avoir abattus plusieurs de leurs assaillants. 

Andre Davis, un flic intègre et inflexible et Frankie Burns, une responsable des stups, sont chargés d’arrêter les fuyards. Avec l’appui du maire de New York et du Capitaine McKenna, en charge du secteur, la traque peut commencer…

Les bons et les méchants

Manhattan Lockdown : le plaisir d'un bon polar
Manhattan Lockdown : le plaisir d'un bon polar © Copyright 2019 Concorde Filmverleih GmbH

Classique et efficace, " Manhattan Lockdown " a plus d’un atout dans sa manche, dont celui de s’attacher autant aux flics qu’aux voyous.

Côté force de l’ordre, le film s’ouvre sur un flash-back où l’on découvre Andre Davis enfant à l’enterrement de son père, un policier mort dans l’exercice de ses fonctions…  une fin tragique qui décidera le jeune homme à suivre les traces de son père. Devenu policier, ce sens du devoir, cette exigence morale et cette rectitude reçus en héritage ont fait de lui un homme à la gâchette facile qui ne fait guère de quartier… ce qui n’est pas toujours du goût de sa hiérarchie.

En attendant cette efficacité et cette radicalité tombent à pic. Avec lui ces deux voleurs vont être rapidement coincés et l’affaire sera ainsi vite classée… ce qui en arrange plus d’un. Sauf que André Davis ne pense pas qu’avec son flingue, il pense aussi avec sa tête… ce qui va en contrarier plus d’un !

Côté voyous : s’ils " travaillent " ensemble en confiance, il n’y a pas plus différents que Ray et Michael. L’un est une tête brulée du genre nerveux, quand l’autre semble plus posé, plus en retrait. Ce qui devait être, pour Ray et Michael, un petit braquage s’avère rapidement être bien autre chose …

Du punch à revendre

21 Bridges
21 Bridges © Matt Kennedy - Courtesy of STXfilms

Et ce n’est pas tout ! Un autre atout majeur de " Manhattan Lockdown " est son unité de temps et de lieu qui impriment au film une tension et un tempo particuliers.  Tout se passe le temps d’une nuit, et pour reprendre un célèbre titre de Richard Borhinger : " C’est beau une ville la nuit ", surtout quand il s’agit d’une grande ville américaine comme New York et que le réalisateur vous en réserve quelques très beaux plans… avec en supplément des scènes de courses poursuites comme on les aime !

Ajoutez à cela une distribution de haut vol avec en tête le très charismatique Chadwick Boseman (Andre Davis) qui avait déjà fait sensation dans " Black Panther ", l’impeccable J.K. Simmons (McKenna) oscarisé pour son rôle de professeur tyrannique dans " Whiplash ", la toujours très subtile Sienna Miller (Frankie Burns) et Stephan James (Michael), remarqué dans la série " Homecoming " au côté de Julia Roberts.

Une nuit à Manhattan avec de l’action, une intrigue bien corsée et une affiche plus que séduisante…. Allez-y, foncez, ça ne se refuse pas !

  • L'Agenda Ciné, tous les lundis à 20h10 sur La Une 

Inscrivez-vous à la newsletter TV!

Tous les jeudis matin, recevez un aperçu de votre programme sur les trois chaînes TV de la RTBF : La Une, Tipik et La Trois.