La Une

"Maman, ne me laisse pas m’endormir" : le combat d’une mère pour son fils

Gwendoline Hamon et Nemo Schiffman dans "Maman, ne me laisse pas m’endormir"

© 2021/RAOUL GILIBERT – INCOGNITA

18 oct. 2022 à 06:43 - mise à jour 18 oct. 2022 à 06:46Temps de lecture3 min
Par Noémie Jadoulle

D’abord racontée par sa mère dans un livre autobiographique, l’histoire fatidique de Joseph, accro aux médicaments, se décline aujourd’hui devant la caméra de Sylvie Testud. Un récit d’addiction, de perte de contrôle, mais surtout d’amour.

À voir mardi 18 octobre à 20h20 sur La Une et Auvio, et en replay pendant 7 jours sur Auvio.

Joseph n’avait que 18 ans lorsque sa grand-mère le retrouve inconscient dans sa chambre. Emmené à l’hôpital, il y succombe d’une overdose d’anxiolytiques et d’opiacés. Son histoire, celle d’un ado angoissé à qui l’on a prescrit (trop vite, sans réfléchir) des anxiolytiques, est retranscrite par sa mère, Juliette Boudre, en 2018 dans le livre Maman, ne me laisse pas m’endormir. Elle bénéficie aujourd’hui d’une adaptation télé réalisée par Sylvie Testud, dont il s’agit du deuxième film en tant que réalisatrice. "J’ai fait la rencontre avec cette histoire “à l’envers “ : j’ai d’abord lu le scénario, puis le roman, nous confie Testud lors d’une rencontre au Festival de la Fiction de La Rochelle. Je n’ai rien transformé de l’histoire, car elle était déjà suffisamment forte. Il suffisait ensuite que je l’investisse".

À ses côtés lors de notre entrevue, la comédienne Gwendoline Hamon qui interprète Juliette à l’écran : "Qu’y a-t-il de plus terrible qu’une mère qui essaie de sauver son fils et qui n’y arrive pas ?". Ce rôle, elle n’aurait jamais pensé un jour le jouer, puisque Juliette est l’une de ses amies proches. "Elle m’avait informé que c’était Sylvie qui allait tourner le film et je lui ai d’emblée dit : “Elle est démente. C’est génial que ça tombe sur elle “ ; mais je ne pensais pas du tout que j’allais moi l’incarner".

Pour éviter de se "casser la gueule", Hamon a abordé le rôle comme un personnage "et non pas comme la Juliette que je connais". Cette distance, elle l’a aussi trouvée grâce à la direction de Sylvie Testud : "Souvent, à la télévision, on n’est pas vraiment dirigé et Sylvie est une vraie directrice d’acteurs. Elle m’a emmené là où elle devait m’emmener. Elle savait exactement ce qu’elle voulait. Ça a été un mélange de ce que je ressentais et de sa vision. On ne l’a pas fait du tout dans la tristesse ce film, mais bien dans la joie".

Gérard Lanvin, Nemo Schiffman et Gwendoline Hamon
Gérard Lanvin, Nemo Schiffman et Gwendoline Hamon © 2021/RAOUL GILIBERT – INCOGNITA

Cinq morts par semaine

Comme le livre de Juliette Boudre, le film fait exister Joseph et alerte sur les dangers de l’addiction aux opiacés ; un fléau que l’on attribue souvent aux États-Unis (130 personnes y meurent par jour d’une overdose aux médicaments antalgiques), mais qui fait aussi des ravages en Europe. D’après un rapport de 2019, l’accoutumance aux opioïdes provoque cinq morts par semaine en France. "Comme ce sont des produits qui sont dangereux, ça rend l’addiction extrêmement forte, et ça peut arriver à beaucoup d’autres, confiait Juliette Boudre à Brut en 2016. Si la jeunesse peut lire ce livre, et s’identifier peut-être ou pas, et avoir peur… si seulement ça peut leur faire peur, parce que ça mène à la mort". C’est le fentanyl qui aura finalement été fatal à son fils, une drogue analgésique 100 fois plus forte que la morphine et 50 fois plus forte que l’héroïne.

Nemo Schiffman dans "Maman ne me laisse pas m’endormir"
Nemo Schiffman dans "Maman ne me laisse pas m’endormir" © 2021/RAOUL GILIBERT – INCOGNITA

Le casting

Né dans une famille de cinéastes et passé par The Voice Kids, le jeune comédien Nemo Schiffman (César du Meilleur espoir masculin en 2014) prête ses traits à ceux de Joseph. Sur le plateau, l’acteur s’est lié d’amitié avec Gwendoline Hamon, mais aussi avec l’assistant-réalisateur qui n’est autre que… le frère de Joseph. Salué pour sa prestation impressionnante, l’acteur a reçu le prix de la Meilleure interprétation masculine au Festival de la Fiction de La Rochelle. On retrouve également à l’écran Sylvie Testud dans le rôle de la tante de Joseph, Michaël Youn dans celui du beau-père et Gérard Lanvin dans celui du père, ancien addict.

Gérard Lanvin dans "Maman ne me laisse pas m’endormir"
Gérard Lanvin dans "Maman ne me laisse pas m’endormir" © 2021/RAOUL GILIBERT – INCOGNITA

"Ça va très vite"

Secouée après avoir vu le film (qu’elle a vu pour la première fois avec Nemo Schiffman), Hamon l’a ensuite fait voir à sa nièce et son fils, âgés de 16 et 18 ans. "Ils en sont sortis fracassés, en larmes. Mon fils m’a dit : “Il faut que mes potes voient ça “, car il sait, il connaît tout ça. Il a des amis qui prennent de la drogue, les joints tournent et une dose de THC aujourd’hui est vingt fois plus forte qu’il y a trente ans. Ils sont trop jeunes pour comprendre tout ça, et ça va très vite. Quand les parents s’en rendent compte, il est généralement trop tard".

Nous concluons la rencontre avec les deux artistes en demandant des nouvelles de Juliette et comment, elle, a perçu le film. "Elle est très heureuse, très fière et bouleversée. C’est ce qu’elle voulait, et son deuil se fait aussi à travers ce combat, pour que la mort de Joseph ne serve pas à rien", confie son amie. "Il a vécu !, renchérit Sylvie Testud. Vous ne le connaissiez pas, et maintenant oui". Et Gwendoline de compléter : "Juliette n’est pas là aujourd’hui, car elle est en train de se marier. C’est donc une belle histoire".

Maman, ne me laisse pas m’endormir, une coproduction RTBF à voir mardi 18 octobre à 20h20 sur La Une et Auvio, et en replay pendant 7 jours sur Auvio.

Propos recueillis dans le cadre du Festival de la Fiction de La Rochelle 2022.

Michaël Youn et Gwendoline Hamon dans "Maman ne me laisse pas m’endormir"
Michaël Youn et Gwendoline Hamon dans "Maman ne me laisse pas m’endormir" © 2021/RAOUL GILIBERT – INCOGNITA

Inscrivez-vous à la newsletter TV!

Tous les jeudis matin, recevez un aperçu de votre programme sur les trois chaînes TV de la RTBF : La Une, Tipik et La Trois.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous