RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Malgré la guerre, des Ukrainiens retournent dans leur pays : "La nostalgie pour le pays est plus forte que la peur !"

28 mars 2022 à 18:35Temps de lecture1 min
Par Daniel Fontaine

Près de 4 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l’invasion russe, il y a un mois. La plupart d’entre eux veulent rentrer dès que possible dans leur pays. Mais certains supportent mal leur exil et ont déjà préféré revenir en Ukraine, dans les zones préservées des combats.

Même s’il y a des bombes, ensemble c’est mieux

 

Ivan, étudiant ukrainien de 19 ans, discute en ligne avec sa copine restée en Pologne
Ivan, étudiant ukrainien de 19 ans, discute en ligne avec sa copine restée en Pologne Aurélie Didier

Ivan et Diana ont 19 ans. Ces amoureux, qui vivaient à Kharkiv, ont été séparés par la guerre. Il est réfugié à Lviv, dans l’ouest. Elle est en Pologne. Ils ont décidé que Diana reviendrait dès que possible retrouver Ivan en Ukraine.

"Notre soutien réciproque est très fort, même s’il y a des bombes. Ensemble c’est mieux. A Lviv, c’est plus sûr que dans la plupart des villes en Ukraine. Évidemment, il y a les alertes anti-aérienne. Mais on a décidé que, si je trouve un logement, ce n’est plus un problème. Si c’est résolu, ça ira.", affirme Ivan.

Pour Diana, être loin de son pays et de ses proches est plus dur à supporter que de retourner dans un pays en guerre.

"En Pologne, les gens sont gentils, ils nous aident et sont solidaires. Mais j’ai envie de rentrer à la maison. Revenir en Ukraine, ça ne me fait pas peur… Ou je dirais plutôt que la nostalgie pour le pays est plus forte que la peur !", explique-t-elle.

Quand j’ai traversé la frontière, j’ai eu le sentiment d’être à la maison.

Certains Ukrainiens ont déjà préféré rentrer dans l’ouest du pays. C’est le cas de Katerina, étudiante en design. Lors de son exil en Autriche, elle a traversé une sorte de dépression.

"J’avais l’impression de tomber malade. J’étais toujours triste, je restais dans mon lit. Je pleurais souvent. Chaque jour ça empirait, et pourtant tout allait bien.", confie Katerina.

A 22 ans, elle a convaincu ses parents de la laisser rentrer, alors que ses frères et sœur sont restés en Autriche. Son retour l’a libérée.

"Le soulagement d’être de retour ici ! Je n’ai plus eu la pression d’être à l’étranger. Quand j’ai traversé la frontière, j’ai eu le sentiment d’être à la maison.", décrit la jeune ukrainienne de 22 ans.

Ce mouvement de retour des réfugiés vers l’ouest de l’Ukraine est encore timide, mais réel. Selon le Washington post, les deux premières semaines du mois de mars, 220 000 ukrainiens sont entrés dans le pays.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : les États membres de l'UE vont partager l'enregistrement des réfugiés

Guerre en Ukraine

L'Ukraine estime les pertes économiques liées à la guerre à plus de 500 milliards d'euros

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous