RTBFPasser au contenu

Olivier Maingain(DéFI): "Gérard Deprez, dans le genre coups-tordus, il en a fait quelques-uns"

La réponse d'Olivier Maingain aux propos de Gérard Deprez

A votre avis

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

25 juin 2017 à 11:42 - mise à jour 25 juin 2017 à 15:182 min
Par RTBF

Invité sur le plateau d'A votre avis ce dimanche pour débattre de la crise qui secoue la crise politique francophone, Olivier Maingain (DéFI) en a profité pour répondre à Gérard Deprez qui l'a qualifié de samedi sur le plateau du Grand Oral de "Savonarole au petit-pied". 

Fidèle à son sens de la répartie, le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert a souligné la fiabilité limitée de celui qui le traitait de tordu. "Monsieur Deprez, dans le genre coups-tordus, il en a fait quelques-uns. Je rappelle que c’est lui qui, en 1987, avait changé une majorité, des engagements pris fermement avec le PRL à l’époque. Mais sa détestation vis-à-vis de jean Gol était telle, et elle a toujours été, il a toujours tout fait pour vider l’héritage de Jean Gol au MR. Je l’ai vécu de l’intérieur. C’est un anti-héritage de Jean Gol. Quant à Savonarole, je ne suis pas d'obédience chrétienne, je suis plutôt dans la laïcité de l’Etat. Laissons monsieur Deprez à ses problèmes personnels."

Olivier Maingain(DéFI): "Gérard Deprez, dans le genre coups-tordus, il en a fait quelques-uns"
Olivier Maingain(DéFI): "Gérard Deprez, dans le genre coups-tordus, il en a fait quelques-uns" © Tous droits réservés

Beaucoup de vilenies sont communes au cdH et au PS

Au cours de cet entretien, le président de DéFI, parti très courtisé dans les négociations, a expliqué son enthousiasme modéré face à ces nombreuses sollicitations de la part du cdH et des autres partis. "Il ne suffit pas de faire un coup d'éclat pour être convaincant. Le cdH a partagé le pouvoir avec le PS pendant plus de 30 ans. Beaucoup de vilenies sont communes au cdH et au PS. SI je prends l'affaire Publifin, c'est une véritable entente entre les trois partis majoritaires à Liège. Et moi ce qui m'étonne, c'est qu'aucun parti n'a encore dit sa volonté de dissoudre cette structure et envoyer monsieur Moreau aux orties. Il est toujours dans sa fonction, administrateur délégue de Nethys. (...) Quand les gens sont évacués par la porte, ils reviennent par la fenêtre."

Je lui ai dit, réfléchis

Concernant Joëlle Milquet (cdH), dont il a fait de la mise à l'écart une condition non-négociable à l’entame des négociations, Olivier Maingain persiste et signe, dévoilant même certains éléments lors de sa rencontre avec Benoît Lutgen sur la question. "Il était à cours d'imagination. Je lui ai dit, réfléchis. À toi de faire preuve de créativité (...) Je n'ai pas dis qu'elle devait démissionner, j'ai parlé de mise à l'écart de la politique. Il se fait que c'est la seule mandataire politique qui est inculpée sur le plan pénal. J ene préjuge pas de sa culpabilité. Mais je veux une ligne claire concernant les mandataires inculpés. Il y a des règles à fixer. Je propose d'ailleurs de réduire drastiquement les cabinets ministériels en campagne électorale afin que la nature du travail effectué par ces cellules restreintes soit bien en rapport avec la fonction de ministre et non de candidat en campagne."

Visionnez l'interview complète d'Olivier Maingain

Olivier Maingain et la crise politique actuelle

A Votre Avis

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous