RTBFPasser au contenu

Macron-Chirac: quand les présidents deviennent supporters

Macron-Chirac: quand les présidents deviennent supporters
16 juil. 2018 à 10:24 - mise à jour 16 juil. 2018 à 10:242 min
Par Guillaume Guilbert

Les images du président français Emmanuel Macron lors de la remise du trophée de la Coupe du monde vous ont peut-être rappelé celles de Jacques Chirac dans les mêmes circonstances en 1998. 20 ans séparent les deux cérémonies, les styles sont différents mais il y a tout de même un point commun : le temps d'un instant, le protocole a été mis de côté.

Qui ne se souvient pas de cette image d'un Jacques Chirac un peu maladroit lorsqu'il faut scander le nom de famille des joueurs avant le match ? Alors que le speaker criait les prénoms des joueurs, le public répondait en cœur en scandant les noms de famille. Pour Jacques Chirac, le cœur y était mais quelques noms sont égratignés ou prononcés avec un temps de retard. Malheureusement, la réalisation russe en 2018 ne nous a pas proposé d'image d'Emmanuel Macron lors de cette présentation de joueur avant le coup d'envoi. 

Chirac à la Coupe du Monde 1998

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des présidents supporters

Ils ont beau occuper un poste sérieux comme celui de président de la république française, ils n'en restent pas moins des humains qui, dans ce contexte, supportent les couleurs de leur pays. 

On se souvient de cette photo de Jacques Chirac célébrant le troisième but français contre le Brésil lors de la finale de 1998. Voici désormais l'image d'Emmanuel Macron célébrant le premier but français face à la Croatie, en 2018.

On se souvient de cette photo de Jacques Chirac célébrant le troisième but français contre le Brésil lors de la finale de 1998.
Emmanuel Macron célébrant le premier but français face à la Croatie, en 2018.

Fini le protocole, place aux bisous

Si l'on doit relever un point commun entre Jacques Chirac et Emmanuel Macron, c'est la prise de contrôle de l'émotion au détriment du protocole. Le temps d'un instant, on oublie les courbettes et les serrages de mains. Place aux embrassades et aux câlins !

On se souvient de cette image de Jacques Chirac imitant le geste fétiche de Laurent Blanc : le bisou sur le crâne de Fabien Barthez. Sous une pluie battante, Emmanuel Macron a également mis de côté le protocole en étant encore plus tactile que son prédécesseur : il a enlacé la quasi totalité des joueurs et du staff au moment de la remise du trophée. Il s'est même laissé aller lui aussi à un baiser sur le crâne... de Kylian Mbappe.  

On se souvient de cette image de Jacques Chirac imitant le geste fétiche de Laurent Blanc : le bisou sur le crâne de Fabien Barthez.
Emmanuel Macron s'est laissé aller lui aussi à un baiser sur le crâne... de Kylian Mbappe.  

Père de la nation

En allant encourager les bleus à leur centre d'entraînement de Clairfontaine juste avant le Mondial et en les félicitant après leur victoire finale, Jacques Chirac et Emmanuel Macron ont tous deux endossé le costume du père de la nation. Que ce soit pour Chirac ou pour Macron, ils étaient sur une estrade au moment des félicitations aux joueurs, ce qui donne une impression de supériorité par rapport à ces derniers.

Inconsciemment ou non, les deux présidents ont renvoyé l'image paternaliste d'un chef d'Etat qui félicite et remercie ses poulains, comme celle d'un père félicitant ses enfants. L'image d'Emmanuel Macron prenant Antoine Griezman dans ses bras rappelle celle de Jacques Chirac félicitant Didier Deschamps (alors capitaine de l'équipe).

L'image d'Emmanuel Macron prenant Antoine Griezman dans ses bras rappelle celle de Jacques Chirac félicitant Didier Deschamps (alors capitaine de l'équipe).
L'image d'Emmanuel Macron prenant Antoine Griezman dans ses bras rappelle celle de Jacques Chirac félicitant Didier Deschamps (alors capitaine de l'équipe).

Articles recommandés pour vous