RTBFPasser au contenu

Pop-up - Accueil

"Ma cité va parler" : que reste-t-il du béton ?

Garges-lès-Gonesse

Un réalisateur radio retourne sur les lieux de sa jeunesse et rencontre ceux qui y sont restés pour parler des années 80 en cité. 

 

“Ma cité va parler” est un clin d’oeil au film Ma cité va craquer” (Ma 6-T va crack-er) de Jean-François Richet qui évoquait de façon caricaturée le quotidien et les violences dans les quartiers sensibles parisiens. En 2007, Mehdi Ahoudig, réalisateur de documentaires radio pour Arte et France Culture revenait dans sa cité de de Garges-lès-Gonesse, dans le Val d’Oise. Il y retrouve ses amis d’enfance, avec qui il évoque l’évolution du quartier. Des années 80 dans lesquelles ils ont grandi à aujourd’hui, qu’est-ce qui a changé ? Etait-ce mieux avant comme disent les plus âgés (et réactionnaires) ? D’Albator à la musique hip-hop, de l’Islam à la drogue, leur jeunesse riche en découvertes leur a laissé un souvenir impérissable mais pas forcément heureux. Le quartier de Gargès-lès-Gonesses est une cité isolée, qui dans les années 80 était laissée presqu’à l’abandon. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes de cette époque sont devenus encadrants pour la nouvelle génération, ils s’investissent pour ne pas qu’ils soient aussi délaissés qu’eux ont pu l’être.

 

Dans un documentaire intime et franc, Mehdi Ahoudig instaure une conversation humaine, un cliché d’une époque à la lumière d’aujourd’hui. L’auteur de documentaires sonores a depuis reçu trois fois le Prix Europa pour Qui a connu Lolita, A l’abri de rien et Poudreuse dans la Meuse, un talent qui transparaissait déjà dans Ma cité va parler”. 

Loading...

Sur le même sujet

27 juin 2018 à 14:26
1 min
04 juin 2018 à 17:43
1 min

Articles recommandés pour vous