RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Lutte contre les inondations : Wavre veut des aménagements pour retenir les eaux de pluie qui ruissellent sur l’E411

A Wavre, les inondations de l'été 2021 ont été vécues comme un traumatisme par de nombreux habitants.

Le conseil communal de Wavre a approuvé mardi à l’unanimité une motion relative au ruissellement des eaux de pluie sur l’E411. Ce texte, déposé par Benoît Thoreau (Les Engagés), avait déjà été soumis au vote il y a neuf ans, mais il avait été rejeté à l’époque. Ce qui a changé depuis, ce sont les inondations catastrophiques de l’été 2021.

A Wavre, l’autoroute traverse la vallée de la Dyle en amont de la ville. Et il apparaît qu’une grande partie des eaux de pluie qui tombent sur l’asphalte filent tout droit vers la rivière.

"Sur le haut du versant nord, où se trouvent les stations-services, l’eau est canalisée vers un bassin d’orage, explique Benoît Thoreau. Mais pour la moitié inférieure du versant nord et pour la totalité du versant sud de l’autoroute, il n’y a rien du tout. Donc les eaux sont directement canalisées vers la Dyle."

Un impact significatif sur le débit de la Dyle

Cette absence de dispositif de retenue a clairement accentué les inondations l’an dernier à Wavre, selon Benoît Thoreau.

"En temps normal, le cours de la Dyle fait sept ou huit mètres cubes par seconde. Dès que le débit atteint vingt mètres cubes par seconde, la Dyle déborde. Et en juillet de l’année passée, le débit a atteint 38 mètres cubes. Alors j’ai regardé ce que ces déversements représentaient lors d’un jour de fortes pluies. J’ai fait une estimation très grossière et j’arrive à un minimum de deux mètres cubes par seconde, ce qui est quand même significatif."

Atténuer le risque

Par le vote de la motion, le conseil communal de Wavre demande à la SOFICO (la société qui gère le réseau autoroutier wallon) et au SPW (Service public de Wallonie) de trouver des solutions à ce problème. En aménageant des bassins de retenue, des tranchées drainantes, des noues ou des puits d’infiltration, il y aurait moyen de ralentir les eaux de pluie, ou même de les empêcher de venir gonfler la Dyle.

"J’insiste pour dire que ce n’est pas ça qui va résoudre le problème des inondations, mais ça va contribuer à atténuer le risque", conclut Benoît Thoreau.

Sur le même sujet

Inondations en Wallonie : un an après, Chaudfontaine tente de se reconstruire

Belgique

Indemnisations, barrages… un an après les inondations de juillet 2021, le gouvernement wallon fait le point

Belgique

Articles recommandés pour vous