RTBFPasser au contenu

Lutgen, l'Apprenti Sorcier

Lutgen, l'Apprenti Sorcier
21 juin 2017 à 09:24 - mise à jour 21 juin 2017 à 09:242 min
Par Philippe Walkowiak

Comme dans le poème de Goethe, popularisé par la musique de Dukas et… Mickey, Benoît Lutgen va-t-il finir submergé par la tempête qu’il a déclenchée ?

Gouverner sans le PS, ça peut faire un slogan, voire donner une impulsion mais ça ne fait pas nécessairement des majorités et encore moins un programme de gouvernement.

Contraintes

Après avoir déclenché la crise ou après que le PS se soit rendu " infréquentable ", selon les points de vue, Benoît Lutgen s’est attribué, bien malgré lui, les attributs généralement dévolus aux informateurs, pré-formateurs, explorateurs ou formateurs, ce qui a eu le don de courroucer Ecolo et DéFI et d’atterrer définitivement le PS.

Il est vrai que le CDH, ce n’est plus, selon les derniers sondages, que 6% des Bruxellois ou 10% des Wallons. Pas de quoi justifier les habits de faiseur de coalition en chef, même si le patron des démocrates-humanistes a rapidement fait savoir que toute bonne autre proposition était la bienvenue. Le dialogue se veut constructif.

Mais cette construction repose déjà essentiellement sur la très courte majorité MR-CDH au Parlement Wallon (38/75). Exclusivement même, pourrait-on dire. Mais pour Benoît Lutgen, ce point de levier wallon suffit pour faire basculer les deux autres coalitions, bruxelloise et communautaire. A voir…

Il faut en effet trouver un troisième partenaire et ni Ecolo ni DéFI ne paraissent véritablement partants, à moins de les y contraindre en leur tordant le bras dans le dos.

Enchères

Ecolo a aussi retoqué le menu du " dialogue constructif " mis sur la table par Benoît Lutgen. Ils ne veulent discuter que de bonne gouvernance et quand le bourgmestre de Bastogne se verra présenter par les Verts le décumul intégral, la suppression des provinces, l’intégration des revenus privés dans les plafonds de rémunérations, etc., il risque de s’étrangler comme la plupart de ses mandataires.

Pas mieux chez DéFI (incontournable à Bruxelles) où Olivier Maingain fait de la mise à l’écart de Joëlle Milquet (inculpée dans une affaire d’emplois fictifs présumés) un préalable à la discussion.

Une majorité très (trop ?) courte en Wallonie, un MR qui ne manquera pas d’imposer ses vues (CETA, pensions des enseignants, survol de Bruxelles, etc.), des alliés potentiels très réticents et très exigeants à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles, le vaste coup de balai donné par Benoît Lutgen sur les exécutifs fédérés sudistes n’est pas non plus sans risque pour lui et les siens. On en revient à l’Apprenti Sorcier…

 

@PhWalkowiak

Articles recommandés pour vous